Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Séoul redemande à Téhéran la libération du navire saisi et des membres d'équipage

Actualités 11.01.2021 à 17h21

SEOUL, 11 jan. (Yonhap) -- Le vice-ministre sud-coréen des Affaires étrangères Choi Jong-kun a demandé une nouvelle fois à l'Iran de libérer le pétrolier sud-coréen saisi et ses membres d'équipage et de donner une preuve de l'affirmation de Téhéran selon laquelle le navire a pollué la mer, a fait savoir ce lundi un officiel du ministère des Affaires étrangères.

Choi a fait cette demande durant des discussions tenues dimanche à Téhéran avec le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Abbas Araghchi. La saisie du navire et les fonds gelés de Téhéran en Corée du Sud en raison des sanctions américaines ont été à l'ordre du jour.

Le Corps des gardiens de la révolution islamique de l'Iran a saisi le 4 janvier le MT Hankuk Chemi en raison d'allégations de pollution environnementale. Le bateau, qui naviguait de l'Arabie saoudite vers les Emirats arabes unis, transportait 20 membres d'équipage, dont cinq Sud-Coréens.

«Au cours de la réunion avec le vice-ministre Araghchi, le vice-ministre (Choi) a demandé avec force la libération rapide de nos ressortissants et du vaisseau», a déclaré l'officiel sous couvert d'anonymat.

L'Iran revendique que la saisie est seulement due à des «questions techniques» alors que des observateurs estiment qu'elle pourrait être liée à la tension entre les deux pays autour des fonds iraniens gelés, estimés à 7 milliards de dollars.

Choi a aussi profité de la réunion pour demander à l'Iran de présenter des preuves concrètes pouvant expliquer les allégations de pollution maritime par le vaisseau.

A la suite de cette demande, le ministère iranien des Affaires étrangères a dit qu'il s'efforcerait d'obtenir des documents auprès des autorités du pays en charge des procédures judiciaires liées à la saisie du pétrolier.

Durant l'entretien, Araghchi a affirmé que le manque de volonté politique de la Corée du Sud avait abouti au gel des fonds, selon l'agence de presse de la République islamique d'Iran (IRNA).

«Le gel des ressources en devises de l'Iran en Corée est plus attribuable au manque de volonté politique de la part du gouvernement coréen plutôt qu'aux sanctions américaines», a déclaré Araghchi cité par l'agence de presse locale.

Il a demandé également à Choi de trouver un «mécanisme nécessaire» pour résoudre la question comme «première priorité» dans les relations bilatérales, selon l'IRNA.

Les actifs de l'Iran sur deux comptes bancaires sud-coréens sont gelés alors que l'administration du président américain Donald Trump s'est retirée de l'accord nucléaire avec l'Iran en 2018 et a durci les sanctions contre la République islamique.

Séoul cherche la libération rapide du navire et de ses 20 membres d'équipage, dont cinq Sud-Coréens, à travers la diplomatie. Cependant, Téhéran a souligné la nécessité d'appliquer un «processus judiciaire» sur la question, soulevant des inquiétudes selon lesquelles la saisie pourrait se prolonger.

Aujourd'hui, Choi devrait effectuer une visite de courtoisie au ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et rencontrer d'autres hauts officiels. Pendant ces réunions, il prévoit de réitérer sa demande pour la libération du navire et des membres d'équipage.

Il a été confirmé que les membres d'équipage sont en sécurité et en bonne santé, selon l'officiel du ministère. Vendredi, tous les marins sud-coréens ont eu des conversations téléphoniques avec des membres de leur famille en Corée.

Séoul a partagé également des informations sur la situation des 11 Birmans, deux Indonésiens et deux Vietnamiens de l'équipage avec leurs gouvernements respectifs.

Le premier vice-ministre des Affaires étrangères Choi Jong-kun répond à des questions de journalistes le samedi 9 janvier 2021, au terminal 1 de l'aéroport international d'Incheon, avant de se rendre vers l'Iran pour négocier la libération des marins du pétrolier sud-coréen qui a été saisi par les troupes iraniennes.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page