Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La demande des gardes-côtes sud-coréens à un navire japonais de quitter la EEZ est légitime, selon le ministère

International 12.01.2021 à 20h31

SEOUL, 12 jan. (Yonhap) -- Le ministère des Affaires étrangères a défendu la demande de la Corée du Sud cette semaine à un navire japonais de recherche d'arrêter ses activités et de quitter la zone économique exclusive (EEZ) du pays comme un acte «légitime» conformément à la loi en vigueur.

Les garde-côtes ont fait la demande lundi après avoir repéré le navire menant des activités de recherche sans le consentement préalable de Séoul dans les eaux au large de l'île sud-coréenne de Jeju, selon les médias.

L'incident est survenu alors que les tensions sont élevées entre Séoul et Tokyo dues aux querelles de longue date sur l'esclavage sexuel et le travail forcé pratiqué par le Japon pendant la guerre, ainsi que ses restrictions à l'exportation.

«Notre gouvernement effectue régulièrement des activités dans les eaux sous la juridiction de notre gouvernement dans le cadre de l'application légitime de la loi conformément aux lois pertinentes et internationales», a déclaré le porte-parole du ministère Choi Young-sam lors d'un point de presse régulier.

«Selon nos autorités concernées, nous estimons que le lieu où les activités de recherche du navire japonais ont eu lieu est dans notre EEZ», a-t-il ajouté.

Suite à la demande des gardes-côtes, Tokyo a déposé une plainte auprès de Séoul par voie diplomatique, prétendant que la zone relève de sa propre EEZ, selon l'agence de presse Kyodo.

Un responsable du ministère a déclaré que le gouvernement avait également indiqué clairement au Japon que toute étude maritime dans la zone de chevauchement nécessitait le consentement préalable de Séoul.

La EEZ est une zone maritime sur laquelle un pays a des droits spéciaux en ce qui concerne l'exploration et l'utilisation des ressources marines. Il s'étend jusqu'à 200 miles nautiques des côtes du pays.

Pour le Japon, le lieu est à environ 139 miles nautiques à l'ouest des îles au large de Nagasaki.

Un incident similaire a eu lieu en août de l'année dernière quand les gardes-côtes sud-coréens ont détecté un navire de recherche japonais dans la EEZ.

Cette photo non datée de Wikipedia montre le navire de recherche japonais Shoyo. (Revente et archivage interdits)

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page