Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Pyongyang convoquera une réunion de l'Assemblée populaire suprême ce week-end

Corée du Nord 13.01.2021 à 17h07

SEOUL, 13 jan. (Yonhap) -- La Corée du Nord prévoit de convoquer une réunion de l'Assemblée populaire suprême (APS) à Pyongyang ce week-end, vraisemblablement dans le but de donner suite aux décisions prises lors du 8e Congrès du Parti du travail au pouvoir, a annoncé ce mercredi l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Le Nord devrait tenir une session de son Assemblée dimanche, après avoir conclu mardi son dernier congrès, selon la KCNA.

L'APS est l'organe le plus élevé du pouvoir en vertu de la Constitution, mais il approuve les décisions du parti au pouvoir. Il tient généralement une session plénière en mars ou avril pour traiter principalement les remaniements budgétaires et ministériels.

«La 4e session de la 14e Assemblée populaire suprême de la République populaire démocratique de Corée sera convoquée à Pyongyang le 17 janvier», a annoncé la KCNA.

Lors de la session, le Nord discutera de son dernier remaniement organisationnel et de l'adoption d'une loi sur son plan économique quinquennal, ainsi que de la question du budget de l'Etat de cette année.

Au cours du congrès, le royaume ermite a révisé les règles du parti au pouvoir pour rétablir le secrétariat qui a été supprimé en 2016 et a élu son chef Kim Jong-un au poste de secrétaire général du Parti.

Le Nord a également remanié les membres de son Parti et a appelé à une «lutte davantage prête à tout» pour réaliser un nouveau plan de développement quinquennal présenté lors du congrès.

Pyongyang se concentrera probablement sur le remaniement du Cabinet et de la Commission des affaires de l'Etat, la plus haute instance décisionnelle du pays communiste, lors du prochain rassemblement.

Jo Yong-won, un haut responsable du Parti qui a souvent été aperçu accompagnant le dirigeant lors de ses visites sur le terrain l'année dernière, sera probablement nommé membre de la commission.

Au congrès du Parti, Jo a été promu membre du présidium du bureau politique, poste occupé par seulement cinq personnes au Nord, dont le leader Kim.

Jo aurait gravi les échelons politiques jusqu'à la troisième place du pays lors du récent congrès.

Le fait de savoir si la sœur cadette du dirigeant, Kim Yo-jong, soit ou non inscrite sur la liste des membres de la commission retient également l'attention du monde entier.

Elle semble avoir été rétrogradée au poste de «vice-directrice du département» du Comité central du Parti du travail par rapport à son ancien poste de première vice-directrice du département. La sœur cadette de Kim Jong-un ne figurait pas non plus sur la liste des membres ou des membres suppléants du Politburo.

Néanmoins, son rôle politique dans les affaires intercoréennes semble rester inchangé, ce qui soulève la question de savoir si elle sera incluse dans la Commission des affaires de l'Etat.

La réunion de l'APS attire aussi une attention particulière pour savoir si la première vice-ministre des Affaires étrangères Choe Son-hui, la seule membre féminine de l'APS, conservera son poste ou non.

Au cours du congrès, elle a été rétrogradée de membre à membre suppléante du Comité central du Parti sur fond d'impasse dans les négociations nucléaires avec les Etats-Unis.

La réunion devrait aborder aussi le budget de la défense du Nord pour construire un nouveau sous-marin à propulsion nucléaire en cours de développement dont il s'est vanté lors du congrès du Parti.

Le dirigeant nord-coréen a également déclaré sa volonté de renforcer les forces militaires du pays et ordonné l'amélioration des capacités de frappe de ses missiles ciblant des objets dans un rayon de 15.000 km, vraisemblablement dans le but d'atteindre le continent américain.

Plus tôt, le Nord avait annoncé son plan de convoquer la réunion de l'APS à la fin de janvier, soulevant la possibilité qu'elle se tienne après l'investiture du nouveau président américain Joe Biden le 20 janvier.

Au congrès du Parti qui s'est achevé hier, le Nord n'a envoyé aucun message direct à Washington.

Des officiels du Parti du travail au pouvoir de la Corée du Nord participent au 8e Congrès du Parti à Pyongyang, le dernier jour du rassemblement, le mardi 12 janvier 2021, sur cette photo publiée le lendemain par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). Dans son discours de clôture, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a demandé de renforcer les capacités nucléaires du pays. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (au c., au 1er rang) assiste au 8e Congrès du Parti du travail à Pyongyang, le dernier jour du rassemblement, le mardi 12 janvier 2021, sur cette photo publiée le lendemain par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page