Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Plus de 900 détenus seront mis en liberté conditionnelle pour endiguer la pandémie de Covid-19, selon le ministère

National 13.01.2021 à 20h00

SEOUL, 13 jan. (Yonhap) -- Plus de 900 prisonniers en Corée du Sud seront mis en liberté sur parole cette semaine dans le cadre des mesures de précaution du gouvernement afin d'endiguer la propagation du nouveau coronavirus, a annoncé ce mercredi le ministère de la Justice.

Le ministère a évoqué la nécessité de réduire l'encombrement dans les établissements pénitentiaires pour répondre de façon «stable et rapide» aux infections au Covid-19.

«(La mesure) de la libération conditionnelle anticipée sera prise demain», a-t-il dit.

Le ministère a baissé les prérequis de la libération conditionnelle, en particulier pour les détenus vulnérables au virus, y compris les personnes âgées et les détenus souffrant de maladies sous-jacentes, ainsi que les prisonniers exemplaires.

Mais les détenus condamnés à une peine à perpétuité et les délinquants sexuels seront exclus, a-t-il ajouté.

Cette mesure intervient alors que le gouvernement tente d'empêcher la propagation du coronavirus dans les centres de détention à travers le pays.

En particulier, un foyer d'infection dans un centre de détention à Séoul est à l'origine de plus de 1.200 cas depuis fin novembre. Il est devenu le deuxième plus grand foyer d'infection du pays après celui causé par un groupe religieux en mars.

Certains cas ont également été signalés chez des détenus qui ont été réinstallés dans d'autres régions depuis le centre de Séoul.

Afin de réduire le niveau de surpopulation et le risque d'infection, le gouvernement prolongera la période de quarantaine obligatoire pour les nouveaux détenus à trois semaines contre deux semaines actuellement dans tous les centres de détention.

Les nouveaux détenus recevront un test rapide antigénique avant d'être mis en quarantaine, puis un test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) avant d'être libérés de la quarantaine. Le personnel pénitentiaire ainsi que les prisonniers doivent porter des masques faciaux et subir des tests PCR chaque semaine.

Lorsque des cas de coronavirus sont signalés dans les établissements correctionnels, des équipes d'intervention rapide y seront déployées et détecteront rapidement les patients potentiels à l'aide des analyses des caméras de surveillance et des enquêtes épidémiologiques.

Deux membres d'une équipe médicale à l'extérieur du centre de dépistage installé au centre de détention de Dongbu, au sud-est de Séoul, le 12 janvier 2021.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page