Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La prochaine administration Biden comprend «l'urgence» de la question nucléaire nord-coréenne

International 14.01.2021 à 15h23

SEOUL, 14 jan. (Yonhap) -- La prochaine administration américaine de Joe Biden est pleinement consciente de «l'urgence» de la question nucléaire nord-coréenne et la Corée du Sud est prête à travailler étroitement avec Washington pour concevoir les contre-mesures «les plus efficaces» dès le lancement du nouveau gouvernement, a déclaré ce jeudi un officiel sud-coréen.

La Corée du Nord a souligné sa volonté de renforcer son arsenal nucléaire durant son récent rassemblement clé du Parti du travail dans le but apparent de faire monter les enchères avant l'investiture de Biden à la présidence des Etats-Unis le 20 janvier.

Durant le 8e Congrès du Parti qui s'est déroulé pendant plus d'une semaine jusqu'à mardi, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a défini les Etats-Unis comme «le plus grand ennemi» du Nord et a appelé à développer son arsenal nucléaire.

Kim a également affirmé que un nouveau sous-marin à propulsion nucléaire était en cours de développement et a ordonné l'amélioration des capacités de frappe des missiles ciblant des objets dans un rayon de 15.000 kilomètres, apparemment pour atteindre tout le continent américain.

«La question nucléaire nord-coréenne est un problème croissant. L'administration Biden est pleinement consciente de son urgence dans divers aspects», a déclaré un officiel du ministère des Affaires étrangères sous condition d'anonymat.

«Une fois que le gouvernement de Biden commencera et prendra forme, nous voulons travailler étroitement avec eux pour concevoir la politique à l'égard du Nord la plus efficace et le plus rapidement possible», a dit l'officiel.

Séoul cherche à créer de nouvelles opportunités avec la nouvelle administration Biden pour relancer la diplomatie nucléaire avec Pyongyang et la coopération intercoréenne à l'arrêt.

«Nous nous coordonnerons avec l'administration Biden pour que la Corée du Nord et sa question nucléaire puissent être traitées par Washington comme l'une de ses priorités», a dit l'officiel en faisant part de l'espoir que l'année 2021 soit «un bon moment» pour un nouvel élan.

Les négociations nucléaires entre les Etats-Unis et le Nord sont en suspens depuis que le sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant Kim s'est terminé sans accord à Hanoï, en 2019.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (au c., au 1er rang) assiste au 8e Congrès du Parti du travail à Pyongyang, le dernier jour du rassemblement, le mardi 12 janvier 2021, sur cette photo publiée le lendemain par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page