Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(FOCUS) L'incertitude grandit chez Samsung, dont l'héritier a été renvoyé en prison pour corruption

Gros plans 18.01.2021 à 19h18

SEOUL, 18 jan. (Yonhap) -- Le groupe Samsung est une fois dans la tourmente, son chef de facto, Lee Jae-yong, ayant de nouveau été emprisonné dans une affaire de corruption, ce qui pourrait perturber les activités et investissements du géant technologique mondial.

Un tribunal de Séoul a condamné lundi Lee, l'héritier de Samsung, à deux ans et demi de prison dans un nouveau procès pour corruption impliquant l'ancienne présidente Park Geun-hye, et a ordonné son retour en prison.

La Haute Cour de Séoul avait condamné Lee, vice-président de Samsung Electronics Co. à la prison pour avoir soudoyé Park et son ami de longue date, Choi Soon-sil, afin d'obtenir le soutien du gouvernement pour un transfert en douceur du pouvoir de managérial chez Samsung, le plus grand conglomérat du pays. Park a ensuite été destituée pour corruption et abus de pouvoir.

Il avait été condamné à cinq ans de prison mais a été libéré en 2018 après que la Haute Cour de Séoul a réduit la peine à deux ans et demi, avec quatre ans de sursis.

La Cour suprême a toutefois annulé en 2019 cette décision de justice et l'a renvoyée à la Haute Cour de Séoul pour réexamen.

Des observateurs ont déclaré que l'absence de Lee risque de retarder ou d'interrompre les décisions commerciales importantes chez Samsung, telles que les opérations de fusion et d'acquisition (M&A), alors que les rivaux étrangers se préparent à de nouvelles opportunités à l'ère post-pandémique.

L'incarcération de Lee intervient à un moment où le fleuron du groupe, Samsung Electronics Co, le plus grand fabricant de puces mémoire et de téléphones intelligents au monde, est confronté à une forte concurrence.

SK hynix Inc, le numéro deux du secteur des puces mémoire, a récemment annoncé un accord pour acquérir les activités NAND d'Intel Corp. afin de rattraper Samsung Electronics.

Dans le domaine des smartphones, Apple Inc. a vu les ventes de son premier smartphone 5G, l'iPhone 12, fortement augmenter et a détrôné son concurrent sud-coréen.

Selon la société d'études de marché Strategy Analytics, Samsung Electronics avait une part de marché de 19,5% en termes de livraisons de smartphones l'année dernière, ce qui était la première fois depuis 2011 que sa part de marché passait sous la barre des 20%.

Le drapeau du groupe Samsung flotte le 18 janvier 2021 devant les bureaux du conglomérat à Séoul.
Le vice-président de Samsung Electronics, Lee Jae-yong, arrive à la Haute Cour de Séoul le 18 janvier 2020 pour assister au verdict concernant une affaire de corruption dans laquelle il est impliqué.

Pour l'ensemble de l'année 2020, Samsung Electronics prévoit des résultats positifs, estimant son bénéfice d'exploitation à 35.950 milliards de wons (32,5 milliards de dollars), soit une hausse de 29,4% par rapport à l'année précédente, et ses ventes à 236.260 milliards de wons, soit une augmentation de 2,54% en un an.

Toutefois, les efforts de Samsung Electronics pour conclure des accords de fusions-acquisitions ou des accords commerciaux de grande envergure pourraient rencontrer des obstacles.

La dernière grande opération de fusions-acquisitions du géant de la technologie remonte à 2016, lorsqu'il a acquis le géant américain de l'automobile Harman International Industries.

L'absence de Lee pourrait également perturber le plan du géant technologique visant à développer ses activités non liées aux puces mémoire.

Samsung Electronics a dévoilé en avril 2019 son ambition de devenir le premier fabricant mondial de puces logiques d'ici 2030 en investissant 133.000 milliards de wons et en renforçant sa compétitivité dans les secteurs des systèmes LSI et des fonderies.

«Les PDG s'occuperont des activités de Samsung, mais lorsqu'il s'agit de prendre des décisions importantes, ce qui implique la responsabilité du dirigeant en cas d'échec, c'est finalement au chef de groupe qu'il revient de le faire», a déclaré un cadre d'un conglomérat local sous couvert d'anonymat. «Il ne sera pas facile pour Samsung de prendre des décisions concernant des investissements massifs et des opérations de fusions-acquisitions».

L'incarcération de Lee porte également un coup dur aux efforts de Samsung pour redorer son image publique ternie grâce à une culture d'entreprise renforcée sous la nouvelle direction.

L'année dernière, Samsung a lancé un comité de conformité indépendant dans l'espoir de prévenir et éliminer toute activité illicite ou contraire à l'éthique.

Lee a également donné une rare conférence de presse en mai 2020, au cours de laquelle il a juré de ne pas transmettre le pouvoir à ses enfants et s'est excusé pour les controverses entourant sa succession.

Il a également promis de mettre fin à la politique de «non-syndicalisation» du groupe et de communiquer activement avec la société civile.

La réincarcération de Lee pourrait perturber sa prise de contrôle du groupe en douceur suite au décès de son père, Kun-hee, en octobre 2020.

Les héritiers de Samsung devraient payer environ 11.000 milliards de wons de droits de succession pour les actifs boursiers du défunt chef, d'une valeur d'environ 19.000 milliards de wons. Il sera difficile pour Lee de gérer ses affaires derrière les barreaux.

Cette dernière décision de justice risque en outre d'affecter le jugement rendu contre Lee dans une autre bataille juridique sur la question de sa succession.

En septembre 2020, les procureurs ont inculpé Lee pour sa participation présumée à la fusion de deux filiales de Samsung, Samsung C&T Corp. et Cheil Industries Inc., en 2015 et la comptabilité frauduleuse d'une unité pharmaceutique.

Les procureurs soupçonnent que Lee et la haute direction du groupe ont cherché à réduire intentionnellement la valeur de Samsung C&T avant sa fusion avec Cheil Industries afin de faciliter l'accès de Lee à la direction du groupe.

Les actions des filiales du groupe Samsung ont plongé suite à la décision de la cour.

Le fleuron du groupe, Samsung Electronics, a chuté de 3,41% à 85.000 wons, soit plus que la baisse de 2,33% enregistrée par le Kospi. Samsung SDI a perdu 4,21%, à 706.000 wons, tandis que Samsung C&T, la holding du groupe, a chuté de 6,84%, à 143.000 wons.

Samsung Life Insurance a perdu 4,96%, à 78.500 wons, tandis que l'unité pharmaceutique du groupe, Samsung Biologics, a perdu 1,99%, à 788.000 wons.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page