Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) L'Iran libère l'équipage du pétrolier sud-coréen, sauf son capitaine

International 03.02.2021 à 08h46

SEOUL, 03 fév. (Yonhap) -- L'Iran a autorisé l'équipage du pétrolier sud-coréen qu'il a saisi le mois dernier à quitter le pays, sauf son capitaine qui devra s'occuper du navire, a confirmé mardi le ministère sud-coréen des Affaires étrangères, mettant fin à des négociations difficiles de plusieurs semaines entre les deux pays.

Le MT Hankuk Chemi avec à son bord 20 marins, dont cinq Sud-Coréens, a été saisi par le Corps des gardiens de la révolution islamique de l'Iran pour une prétendue pollution pétrolière le 4 janvier.

«Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, nous a informés que le gouvernement iranien a décidé de libérer tous les marins sauf le capitaine», a déclaré le ministère dans un communiqué de presse.

Le capitaine restera en Iran pour s'occuper du pétrolier, ont indiqué des responsables. La date de libération du navire n'a pas été précisée.

Araghchi a notifié la décision à Séoul lors d'un entretien téléphonique de 30 minutes avec le premier vice-ministre des Affaires étrangères Choi Jong-kun plus tôt dans la journée.

Choi s'est félicité de la libération et a exhorté le gouvernement iranien à faire tout son possible pour libérer rapidement le capitaine et le navire.

«Le vice-ministre Araghchi a promis d'assurer un traitement humanitaire pour le capitaine et de lui garantir une aide consulaire suffisante jusqu'à la procédure judiciaire», a indiqué le ministère.

«Les deux parties sont convenues de poursuivre la communication mutuelle pour mettre fin rapidement à la situation actuelle», a-t-il ajouté.

Le ministère est actuellement en pourparlers avec l'exploitant du navire pour discuter de la libération des marins et de leur retour au pays.

Au moment de la saisie, le navire transportait 20 membres : 11 Birmans, cinq Coréens, deux Indonésiens et deux Vietnamiens.

Le système judiciaire iranien a autorisé l'équipage du navire à quitter l'Iran, a rapporté l'Agence de presse de la République islamique, citant le porte-parole de son ministère des Affaires étrangères.

Durant les négociations sur la libération du navire et des marins, il y a eu des spéculations selon lesquelles la saisie serait liée au mécontentement de l'Iran sur ses fonds gelés en Corée du Sud sous les sanctions américaines, bien que Téhéran les ait niées.

Au cours des discussions avec Araghchi, Choi a dit que Séoul chercherait à traiter rapidement la question des fonds gelés s'il y a des points sur lesquels il peut traiter de façon indépendante en poursuivant les consultations avec Washington de manière «transparente», a déclaré le ministère.

Séoul souhaite que les efforts pour trouver une solution puissent s'accélérer si l'administration du président américain Joe Biden rétablit la diplomatie avec Téhéran.

Choi s'était rendu à Téhéran le mois dernier pour une libération rapide des marins. Mais les affirmations de l'Iran selon lesquelles la saisie du navire est une question technique soumise à un processus judiciaire avaient fait craindre que le conflit ne se prolonge.

Le pétrolier sud-coréen MT Hankuk Chemi saisi par l'Iran le 4 janvier 2021. (Photo provenant du site Internet de DM Shipping. Archivage et revente interdits)

mathieu@yna.co.kr

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page