Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Iran : des officiels de l'ambassade rencontrent les marins du navire sud-coréen

Actualités 04.02.2021 à 15h45

SEOUL, 04 fév. (Yonhap) -- Des responsables de l'ambassade de Corée du Sud en Iran ont rencontré les membres d'équipage à bord du pétrolier sud-coréen saisi dans le pays, a annoncé ce jeudi le ministère des Affaires étrangères, un jour après que Téhéran a déclaré qu'il libérerait la plupart des marins.

Mardi (heure locale), l'Iran a annoncé qu'il laisserait partir les membres d'équipage du MT Hankuk Chemi, à l'exception du capitaine, environ un mois après que ses militaires les ont arrêtés avec le navire dans ses eaux pour avoir prétendument pollué l'océan.

Les 20 membres d'équipage sont cinq Sud-Coréens, 11 Birmans, deux Indonésiens et deux Vietnamiens.

La réunion a eu lieu mercredi pendant environ deux heures à l'intérieur du navire saisi au port de Shahid Rajaee, sur la côte sud du pays, a indiqué le ministère. Les responsables de l'ambassade ont vérifié leur état de santé et leur sécurité.

Les officiels ont également écouté les réflexions des membres d'équipage sur la sortie du navire, a ajouté le ministère. L'Iran a indiqué que le capitaine devait rester à bord du navire à des fins de gestion, tandis que l'exploitant du navire en Corée a déclaré qu'il était impossible de faire contrôler le navire par une seule personne.

Lors de la réunion, le capitaine a donné l'assurance que son équipage était sain et sauf, et a appelé le gouvernement à poursuivre ses efforts pour la libération de toutes les personnes à bord, selon le ministère.

Le premier vice-ministre des Affaires étrangères, Choi Jong-kun, s'est également entretenu par téléphone avec le capitaine lors de la réunion et a réaffirmé que le gouvernement ferait tout son possible pour obtenir la libération des marins et du navire, a fait savoir le ministère.

La décision de Téhéran de libérer les marins semble avoir été prise après que Séoul a progressé dans les pourparlers avec Washington sur l'utilisation de certains fonds iraniens gelés dans des banques sud-coréennes en raison des sanctions américaines pour rembourser les arriérés de cotisations de l'Iran à l'ONU.

Malgré le démenti de l'Iran, de nombreux observateurs estiment que la saisie du navire est liée à son mécontentement face à des fonds gelés.

Des responsables de l'ambassade de Corée du Sud en Iran rencontrent les membres d'équipage détenus à bord du pétrolier MT Hankuk Chemi battant pavillon sud-coréen qui a été saisi par l'Iran depuis le début du mois dernier. La réunion a eu lieu un jour après que Téhéran a annoncé qu'elle autoriserait les marins à quitter le navire, hormis le capitaine pour des raisons de gestion. On ignore encore combien d'entre eux ont exprimé le désir de quitter le navire. (Photo fournie par le ministère des Affaires étrangères. Revente et archivage interdits)
Des membres d'équipage du pétrolier sud-coréen MT Hankuk Chemi retenu au port Shahid Rajai en Iran rencontrent des diplomates sud-coréens le jeudi 3 février 2021. Le bateau a été saisi par le Corps des gardiens de la révolution islamique de l'Iran le 4 janvier et le pays du Moyen-Orient a autorisé plus tôt ce mois-ci l'équipage du pétrolier à quitter le pays, sauf son capitaine qui devra s'occuper du navire. (Photo fournie par le ministère des Affaires étrangères. Revente et archivage interdits)

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page