Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(Interview Yonhap) Song Joong-ki tient son premier rôle de père dans «Space Sweepers»

Actualités 09.02.2021 à 21h08

SEOUL, 09 fév. (Yonhap) -- Il y a environ un an et demi, Song Joong-ki a incarné un personnage mythique dans la série fantastique à succès «Arthdal Chronicles», qui avait pour toile de fond les débuts de la civilisation à l'âge de bronze.

Il a cette fois sauté des milliers d'années jusqu'en 2092 pour incarner un des pilleurs de l'espace du vaisseau spatial Victory dans le film sud-coréen «Space Sweepers», sorti sur Netflix la semaine dernière.

«J'ai reçu le scénario de "Space Sweepers" alors que je venais de commencer le tournage d'"Arthdal Chronicles"», a déclaré Song mardi dans une interview effectuée via Zoom avec l'agence de presse Yonhap et d'autres médias.

«Incarner des personnages des temps anciens et du futur ont excité ma curiosité», a-t-il dit. «J'ai été intéressé par ces deux projets (à l'opposé l'un de l'autre)».

Réalisé par Jo Sung-hee, qui a réalisé «A Werewolf Boy», le film suit les aventures de quatre parias à bord du Victory qui survivent en collectant des débris spatiaux en 2092, alors que la Terre est presque détruite par la pollution.

Le quatuor apprend l'existence d'un complot meurtrier de la société UTS, qui a créé un nouveau monde habitable dans l'espace, après avoir rencontré une jeune fille aux pouvoirs mystérieux.

Song joue le rôle de Tae-ho, le pilote du vaisseau spatial, dirigé par le capitaine Jang (Kim Tae-ri), aux côtés de l'ingénieur Tiger Park (Jin Seon-kyu) et du robot humanoïde Bubs (Yoo Hai-jin).

Song Joong-ki dans «Space Sweepers». (Photo fournie par Netflix. Archivage et revente interdits)
Song Joong-ki dans ≪Space Sweepers≫. (Photo fournie par Netflix. Archivage et revente interdits)

Tae-ho, ancien chef du commandement des forces spéciales de l'UTS, est un pilote habile et réfléchi, mais qui vit dans le désespoir après avoir perdu sa fille et avoir été renvoyé de l'UTS.

«C'est la première fois que je joue un père dans un film», a déclaré l'acteur de 35 ans, qui a fait ses débuts au cinéma dans «A Frozen Flower» en 2008. «J'ai entendu dire que l'équipe de production avait eu peur que je refuse ce rôle de père. Mais cela ne m'a pas du tout dérangé».

Song a dit avoir été saisi par la fraîcheur et l'imagination du réalisateur Cho dans «Space Sweepers», qui est le premier opéra de l'espace réalisé en Corée du Sud.

«Quand j'ai lu le scénario pour la première fois, j'ai été curieux de connaître la description du vaisseau spatial Victory, qui est un vaisseau de ramassage de ferraille miteux (battant pavillon coréen)», a-t-il déclaré. «Quelques jours plus tard, le réalisateur m'a montré l'image du Victory et j'ai eu envie de le faire».

Il n'a pas été facile de tourner sur écran vert. Les acteurs doivent être plus précis dans leurs mouvements et ont besoin d'imagination, a noté Song.

«Il était difficile de bouger et d'agir comme s'il y avait quelque chose (devant nous) alors qu'il n'y a rien en réalité», a-t-il déclaré. «Le plus difficile a été de faire comme si je flottais dans l'espace puisque je n'en ai jamais fait l'expérience».

«Space Sweepers» s'est placé en tête du classement des films de Netflix dès la première semaine de sa sortie.

«C'est incroyable. Je suis très heureux que tant de gens à travers le monde regardent le film», a-t-il déclaré. «Mes amis étrangers m'ont félicité pour mon travail. Je leur en suis très reconnaissant».

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page