Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Dokdo : un diplomate japonais convoqué suite à une nouvelle revendication

International 22.02.2021 à 15h23

SEOUL, 22 fév. (Yonhap) -- Le ministère des Affaires étrangères a convoqué ce lundi un diplomate japonais à Séoul pour protester contre la nouvelle revendication du Japon sur Dokdo, les îlots les plus à l'est de la Corée du Sud.

Le ministère a exprimé ses regrets auprès de Hirohisa Soma, chef de mission adjoint à l'ambassade du Japon à Séoul, peu de temps après que la préfecture japonaise de Shimane a organisé un événement annuel pour faire connaître la revendication du Japon sur les affleurements rocheux situés dans la mer de l'Est.

La dernière flambée de tensions est survenue alors que Séoul cherchait à rétablir les liens avec Tokyo, altérés par l'histoire en temps de guerre et des conflits commerciaux, alors que Washington tentait de rapprocher ses alliés pour relever des défis communs, tels que les menaces nord-coréennes persistantes.

Choi Young-sam, le porte-parole du ministère, a exhorté le Japon à abolir immédiatement l'événement appelé «Jour de Takeshima» et l'a exhorté à «affronter l'histoire avec une attitude humble». Dokdo est connu sous le nom de Takeshima au Japon.

«Le gouvernement proteste fermement contre la provocation futile à l'égard de Dokdo et appelle fermement à mettre un terme immédiat à l'événement», a déclaré Choi dans un communiqué.

«Comme Dokdo fait partie de notre territoire inhérent historiquement, géographiquement et par le droit international, le Japon doit immédiatement mettre un terme aux revendications injustes sur Dokdo et affronter l'histoire avec une attitude humble», a-t-il ajouté.

Dokdo a pendant longtemps été une source récurrente de tensions entre les deux voisins, alors que Tokyo continue de revendiquer les îlots dans ses documents politiques, ses déclarations publiques et ses manuels scolaires.

La Corée du Sud contrôle efficacement Dokdo, avec un petit détachement de police, depuis sa libération de la domination coloniale japonaise (1910-1945).

Hirohisa Soma, chef de mission adjoint à l'ambassade du Japon, entre au ministère des Affaires étrangères à Séoul, le 22 février 2021.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page