Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Des discussions toujours en cours sur le prochain exercice combiné sud-coréano-américain

National 25.02.2021 à 16h15

SEOUL, 25 fév. (Yonhap) -- La Corée du Sud et les Etats-Unis n'ont pas encore déterminé le calendrier et d'autres détails d'un exercice militaire combiné prévu au printemps, a déclaré ce jeudi le ministère de la Défense.

L'exercice conjoint de poste de commandement (CPX) simulé par ordinateur devrait être lancé vers la deuxième semaine de mars pour une durée d'environ 10 jours. Mais on n'a pas encore annoncé quand et comment la manœuvre se déroulera.

«La date, le contenu et d'autres détails de l'exercice combiné qui aura lieu au premier semestre de l'année n'ont pas encore déterminés», a dit le porte-parole du ministère, Boo Seung-chan, lors d'une conférence de presse.

«La Corée du Sud et les Etats-Unis discutent actuellement des manières de l'effectuer en tenant en compte du Covid-19 et d'autres circonstances», a-t-il ajouté.

Séoul et Washington mènent normalement des exercices combinés deux fois par an, au printemps et en été, et des manœuvres d'une taille plus petite pendant toute l'année.

Mais ils ont repoussé «indéfiniment» le programme printanier en 2020 à cause de la pandémie et l'exercice estival s'est déroulé de manière réduite en août.

Mercredi, Suh Hoon, le conseiller à la sécurité nationale de la Corée du Sud, a déclaré à des députés que le prochain exercice aurait lieu de manière ajustée avec un nombre réduit de troupes et sans manœuvres extérieures.

Cette photo, fournie le 9 février 2021 par le ministère de la Défense, montre un exercice d'atterrissage des corps des Marines sud-coréen et américain qui a eu lieu en avril 2020. (Revente et archivage interdits)

La Corée du Sud cherche à effectuer un test de capacité opérationnelle complète (FOC) durant la prochaine manœuvre combinée, une étape cruciale pour sa récupération prévue du contrôle opérationnel (OPCON) en temps de guerre de ses troupes des mains des Etats-Unis.

Le test devait être mené l'année dernière mais les deux parties n'ont pas pu le faire à cause du coronavirus.

Néanmoins, les Etats-Unis semblent vouloir se concentrer sur la vérification de leur posture de préparation combinée durant le test, plutôt que sur le programme de FOC, selon des sources.

Un officiel du Pentagone a indiqué dans un communiqué à destination de l'agence de presse Yonhap que ces entraînements «visent à maintenir l'état de préparation de l'alliance pour assurer que nous sommes prêts à "combattre ce soir". Toute décision sur l'étendue, la taille et la date des exercices sera prise bilatéralement compte tenu de ces facteurs».

Le prochain exercice combiné a attiré l'attention sur fond d'inquiétudes selon lesquelles la Corée du Nord pourrait l'utiliser comme un prétexte pour des provocations pendant les premiers mois de l'administration du président américain Joe Biden.

Pyongyang dénonce depuis longtemps ces manœuvres comme des répétitions en vue d'une invasion, même si Séoul et Washington ont souligné qu'elles étaient de natures régulière et défensive.

Le général Robert Abrams, commandant en chef des Forces américaines en Corée du Sud (USFK), se fait vacciner contre le nouveau coronavirus (Covid-19) à l'hôpital communautaire de l'armée Allgood à Camp Humphreys à Pyeongtaek, dans la province du Gyeonggi, le mardi 29 décembre 2020. (Photo fournie par l'USFK. Revente et archivage interdits)

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page