Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La Corée du Sud ratifie des conventions clés de l'OIT sur les droits des travailleurs

National 26.02.2021 à 18h12
Une session plénière de l'Assemblée nationale à Séoul. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 26 fév. (Yonhap) -- Le Parlement sud-coréen a ratifié ce vendredi des conventions clés de l'Organisation internationale du travail (OIT) sur les droits des travailleurs et le travail forcé qui restaient longtemps dans l'impasse en raison des objections du milieu d'affaires et des hommes politiques conservateurs.

Le pays a rejoint l'agence des Nations unies en 1991 mais n'avait pas adopté quatre de ses principales conventions, accusant un retard par rapport aux normes internationales en matière de protection des droits du travail.

L'Assemblée nationale a approuvé des motions pour en ratifier trois : la n° 29 sur l'interdiction du travail forcé, la n° 87 sur la liberté d'association et la n° 98 sur le droit d'organisation et de négociation collective.

Le gouvernement a soumis les projets de loi en juillet dernier, sauf la convention n° 105 sur l'abolition du travail forcé, considérée comme contraire aux lois nationales sur le travail en prison.

En 2019, le gouvernement a soumis les mêmes projets de loi à l'Assemblée nationale, mais ils avaient été abandonnés suite aux objections du parti d'opposition conservateur et des entreprises qui craignaient que l'adoption ne renforce encore le pouvoir des syndicats.

La ratification était l'un des engagements de campagne du président Moon Jae-in lors des élections de 2017.

En 2018, l'Union européenne a appelé à la ratification des conventions, affirmant qu'une non approbation par Séoul pourrait constituer une violation de l'accord de libre-échange entre les deux parties.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page