Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le petit-fils d'Ahn Chang-ho rejette l'appel de Harvard à reconsidérer le retrait de sa donation

National 02.03.2021 à 19h29

SEOUL, 02 mars (Yonhap) -- Un petit-fils d'un grand combattant pour l'indépendance coréenne a déclaré ce mardi avoir rejetté la demande du président de Harvard de reconsidérer sa décision de ne pas faire don des archives historiques de sa famille du fait de la publication d'un article controversé dépeignant des esclaves sexuelles coréennes comme des prostituées.

Philip Ahn Cuddy, petit-fils d'Ahn Chang-ho, qui s'est battu avec acharnement contre la colonisation du Japon de 1910 à 1945, avait informé le président Lawrence S. Bacow de sa décision dans une lettre le mois dernier pour protester contre les recherches d'un professeur de Harvard qui présentait les victimes de l'esclavage sexuel pratiqué par le Japon en temps de guerre comme des prostituées.

«J'ai reçu un bref courriel poli du président Bacow. Il a dit que c'était une situation malheureuse mais qu'il se rangeait du côté de la liberté académique. Il devait le faire. Il m'a demandé si j'allais reconsidérer ma décision de faire un don», a déclaré Cuddy dans un courriel à l'agence de presse Yonhap.

«Je ne donnerai rien à Harvard, car elle soutient des menteurs comme Ramseyer sous couvert de liberté académique», a-t-il ajouté, faisant référence à J. Mark Ramseyer, qui a écrit le document controversé affirmant que l'esclavage sexuel du Japon pendant la guerre était de la prostitution volontaire.

Cuddy a entamé en 2015 des discussions avec la bibliothèque Schlesinger de Harvard concernant le transfert de ses archives, qui font partie de l'héritage de son grand-père et de sa mère, Susan Ahn Cuddy, la première femme américaine d'origine asiatique de la marine américaine.

Les discussions se sont déroulées par à-coups. Elles se sont accélérées au début de l'année dernière, mais se sont arrêtées en raison de la pandémie de Covid-19. Après que l'affaire Ramseyer a éclaté, la famille Cuddy a choisi «à l'unanimité» de mettre fin aux pourparlers avec Harvard, a-t-il déclaré.

Les archives comprennent des documents, des lettres, des dossiers, des milliers de photos et des objets personnels du combattant pour l'indépendance et de sa fille.

Né en 1878 dans la province du Pyongan du Sud, actuellement en Corée du Nord, Ahn Chang-ho, dont le nom de plume était Dosan, a été l'un des premiers à immigrer aux Etats-Unis, où il a aidé sa patrie à obtenir son indépendance. Il a été l'un des fondateurs du gouvernement provisoire de Corée et a été toute sa vie un homme d'Etat, un éducateur et un combattant pour la liberté, jusqu'à sa mort en 1938.

Sa fille aînée, Susan Ahn Cuddy, s'est engagée dans la marine américaine en 1942, devenant ainsi la première Américaine d'origine asiatique à s'engager dans l'armée. Elle a servi dans la marine jusqu'en 1946 et a ensuite travaillé pour la Naval Intelligence and National Security Agency.

Philip Ahn Cuddy, le petit-fils d'Ahn Chang-ho, un grand combattant pour l'indépendance coréenne. (Photo d'archives Yonhap)

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page