Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Un ex-soldat transgenre qui avait été contraint de quitter l'armée trouvé mort à son domicile

Actualités 03.03.2021 à 21h58

SEOUL, 03 mars (Yonhap) -- Byun Hee-soo, un ancien soldat transgenre de 23 ans, qui avait été contraint de quitter l'armée l'année dernière, a été trouvé mort à son domicile, a déclaré la police ce mercredi.

L'armée a pris la décision de la démobiliser en janvier dernier après avoir jugé que la perte des organes génitaux masculins constitue un handicap physique de niveau 3 selon les lois militaires.

En juillet, l'armée a rejeté la demande de réintégration de Byun, qui a déposé le mois suivant une plainte administrative contre la décision de l'armée, arguant qu'elle était inconstitutionnelle.

En décembre, la Commission nationale des droits de l'homme de Corée (NHRCK) a déclaré que la décision de l'armée de ne pas permettre à Byun, alors sergent d'état-major, de continuer à servir dans l'armée en tant que femme soldat n'avait aucun fondement juridique.

L'avis de la NHRCK est intervenu après que le Centre coréen pour les droits de l'homme dans l'armée, un groupe civique, a déposé une pétition alléguant que la démobilisation forcée de Byun était discriminatoire à l'encontre des personnes transgenres.

Le cas Byun a attiré une grande attention car elle a été la première Sud-Coréenne en service actif à subir une opération de changement de sexe pendant son service.

Byun Hee-soo (au centre), un ancien soldat sud-coréen renvoyé de l'armée après une opération de changement de sexe, lors d'une conférence de presse à Séoul le 11 août 2020.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page