Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Blinken : les fonds iraniens en Corée du Sud resteront bloqués tant que l'Iran ne sera pas conforme

Actualités 11.03.2021 à 10h27

WASHINGTON, 10 mars (Yonhap) -- Les Etats-Unis n'assoupliront aucune de leurs sanctions contre l'Iran, y compris le déblocage des fonds iraniens gelés en Corée du Sud, jusqu'à ce que l'Iran se conforme d'abord à ses obligations au titre de son accord nucléaire, a déclaré ce mercredi le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken.

«Comme nous l'avons dit, si l'Iran revient en conformité avec ses obligations en vertu de l'accord nucléaire, nous ferons la même chose qui impliquera, [...] si l'Iran respecte ses obligations, un allègement des sanctions conformément à l'accord», a indiqué le haut diplomate américain au Comité des affaires étrangères de la Chambre des représentants.

«Mais à moins et jusqu'à ce que l'Iran revienne en conformité, ils ne bénéficieront pas de cet allégement et le rapport auquel vous faites référence est tout simplement incorrect», a-t-il ajouté en réponse à la question d'un député.

Cette image capturée sur le site Web du Comité des affaires étrangères de la Chambre des représentants des Etats-Unis montre le secrétaire d'Etat Antony Blinken témoignant lors d'une audience au Capitole à Washington, le 10 mars 2021.

La Corée du Sud a annoncé plus tôt qu'elle pourrait libérer environ 1 milliard de dollars d'argent iranien détenu dans des banques sud-coréennes après avoir d'abord consulté Washington et une fois son consentement obtenu.

Blinken a catégoriquement rejeté tout projet de déblocage de fonds iraniens, disant : «Nous ne l'avons pas fait» lorsqu'on lui a demandé pourquoi les fonds étaient débloqués.

Environ 7 milliards de dollars de fonds iraniens sont actuellement gelés dans des banques sud-coréennes.

Séoul a accepté de débloquer une partie de l'argent pour l'envoyer sur un compte bancaire suisse à des fins humanitaires, mais seulement si les Etats-Unis permettent un tel arrangement.

Un tel accord est intervenu après que Téhéran a saisi un pétrolier sud-coréen, avec des membres d'équipage, dans une tentative apparente de faire pression sur la Corée du Sud pour qu'elle débloque son argent, qui consiste principalement en des paiements sud-coréens effectués pour du pétrole acheté à l'Iran.

L'argent iranien a été gelé peu de temps après que les Etats-Unis ont abandonné l'accord multilatéral sur le nucléaire avec l'Iran, connu sous le nom de Plan d'action global conjoint, en mai 2018.

Depuis son entrée en fonction en janvier, l'administration Biden a exhorté l'Iran à se conformer à ses obligations au titre de l'accord nucléaire, affirmant que les Etats-Unis reviendront également à l'accord après que l'Iran se sera conformé à ses obligations.

Interrogé sur la stratégie de la nouvelle administration à l'égard de la Corée du Nord, le secrétaire d'Etat a expliqué que les Etats-Unis procédaient toujours à un examen complet de leur politique pour s'assurer que le pays utilise les meilleurs outils disponibles.

«En ce qui concerne la Corée du Nord, la politique elle-même et notre approche sont quelque chose que nous examinons également pour nous assurer que nous avons les meilleurs outils possibles afin de faire avancer la dénucléarisation, et en particulier pour examiner les différents points de pression», a-t-il développé au comité.

Lorsqu'on lui a demandé si la nouvelle administration serait d'accord sur la nécessité de mettre officiellement fin à la guerre de Corée, Blinken a répondu que cette décision devrait servir les intérêts américains, ainsi que ceux des alliés américains.

«Nous devons nous assurer que nous faisons tout ce que nous pouvons pour améliorer la sécurité de nos alliés et partenaires, à commencer par la Corée du Sud, ainsi que le Japon, en travaillant à la dénucléarisation de la péninsule coréenne et, bien sûr, en veillant à ce que nos propres actions de sécurité soient prises en compte», a-t-il déclaré.

«Donc, quand il s'agit de quelque chose de cette nature, d'aussi important, d'aussi dramatique, bien sûr, la première chose que nous devrons faire est d'évaluer notre propre jugement pour savoir si cela peut faire avancer toutes les choses dont je viens de parler, mais bien sûr, de s'engager dans des consultations très étroites avec nos partenaires, à commencer par la république de Corée», a-t-il ajouté, faisant référence à la Corée du Sud par son nom officiel.

Blinken se rendra en Corée du Sud, avec le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, la semaine prochaine dans le cadre de leur premier voyage à l'étranger qui comprendra une escale au Japon.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page