Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

L'accusation doit mettre fin à l'enquête sur l'utilisation présumée de propofol par le chef de Samsung, selon un groupe d'experts

Actualités 26.03.2021 à 22h05

SEOUL, 26 mars (Yonhap) -- Un comité d'experts a décidé ce vendredi de recommander au ministère public de mettre fin à son enquête visant à déterminer si Lee Jae-yong, le dirigeant de facto du groupe Samsung, a fait des injections de propofol de manière illégale.

Le comité d'experts prévoit de remettre cet avis, qui n'est pas contraignant, au Bureau des procureurs suprêmes.

Parmi les 14 membres du comité qui ont pris part au vote, huit se sont opposés à la poursuite de l'enquête, les autres y étant favorables.

Une équipe du ministère public chargée de l'affaire a déclaré qu'elle procéderait à un examen «complet» des résultats de son enquête jusqu'à présent et de la décision du comité.

Lee est soupçonné d'avoir pris de manière excessive et illégale le médicament anesthésiant dans une clinique de chirurgie esthétique à Séoul en 2017 et 2018.

Il a nié cette allégation, arguant qu'il a utilisé le propofol «normalement», conformément à la prescription d'un médecin.

Il a demandé que l'affaire soit examinée par le comité indépendant pour déterminer si l'enquête du ministère public est nécessaire.

Le ministère public a introduit le système d'examen extérieur en 2018 dans le but de renforcer la neutralité et l'équité dans le traitement des affaires présentant un grand intérêt public.

Lee Jae-yong, vice-président de Samsung Electronics Co. (Photo d'archives Yonhap)

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page