Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Scandale de LH : Moon exige une loi pour prévenir les «conflits d'intérêts» parmi les fonctionnaires

Actualités 29.03.2021 à 16h33

SEOUL, 29 mars (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a souligné ce lundi la nécessité d'introduire une législation visant à empêcher les fonctionnaires de rechercher un avantage privé via leur poste, invoquant la fureur du public face à des achats spéculatifs présumés de terrains impliquant des responsables de la société publique Korea Land and Housing Corp. (LH).

«A cette occasion, nous devrons à tout prix promulguer une loi sur la prévention des conflits d'intérêts chez les fonctionnaires», a-t-il déclaré lors d'une réunion du Conseil de consultation sur la politique anti-corruption tenue à Cheong Wa Dae.

C'était la première fois en neuf mois que le président convoquait la session avec les chefs des principaux ministères et autres agences gouvernementales ayant le pouvoir et l'autorité de traiter la question de la lutte contre la corruption.

Le président Moon Jae-in prend la parole lors de la septième réunion du Conseil de consultation sur la politique anti-corruption qui s'est tenue à Cheong Wa Dae à Séoul, le 29 mars 2021.

La réunion a été tenue en réponse à un scandale de spéculation immobilière qui a éclaté suite aux révélations selon lesquelles des responsables de LH avaient utilisé des informations non divulguées pour acheter des terrains non développés autour de Séoul, où de nouvelles villes devraient être construites.

«Nous devons prendre au sérieux la colère et les reproches du peuple», a souligné Moon. «Maintenant, nous devons revenir à la case départ et recommencer.»

Il a appelé à déployer tous les efforts pour résoudre le problème «structurel et fondamental» de la corruption liée à la propriété.

Le chef de l'Etat a déclaré que le gouvernement ne devrait pas tenir compte des gains ou des inconvénients politiques en soutenant la campagne.

L'enregistrement obligatoire des biens immobiliers devra être étendu à tous les fonctionnaires de la Corée du Sud, a-t-il ajouté.

La septième réunion du Conseil de consultation sur la politique anti-corruption se déroule à Cheong Wa Dae à Séoul, le 29 mars 2021.

Le président a rappelé que la Corée du Sud avait eu la possibilité d'introduire une loi pour prévenir les conflits d'intérêts des fonctionnaires il y a plusieurs années, lorsque la loi anti-corruption dirigée par Kim Young-ran a été promulguée.

Les députés du pouvoir et de l'opposition ont eu des discussions à ce sujet mais n'ont pas réussi à trouver de compromis.

«C'est apparemment à cause d'un manque de volonté», a-t-il critiqué. «A cette occasion, j'aimerais que (le gouvernement) institutionnalise la loi sur les conflits d'intérêts et bloque fondamentalement tout germe potentiel de corruption parmi les fonctionnaires.»

Le Parti démocrate (PD) au pouvoir a déclaré qu'il s'efforcerait d'adopter un projet de loi pertinent cette semaine, mais la principale formation d'opposition, le Parti du pouvoir du peuple (PPP), exige une approche prudente.

Moon a également réitéré un plan visant à mettre en place une branche gouvernementale spéciale visant à surveiller les transactions immobilières déloyales et illicites.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page