Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Washington se dit «très ouvert» aux commentaires de ses alliés sur la politique liée à la Corée du Nord

International 02.04.2021 à 11h31

WASHINGTON, 01 avr. (Yonhap) -- Les Etats-Unis sont ouverts et prêts à recevoir les commentaires des principaux alliés sur leur nouvelle approche pour faire face à une Corée du Nord dotée de l'arme nucléaire, a déclaré jeudi un haut responsable de l'administration américaine.

Les remarques sont intervenues un jour avant que le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan n'accueille ses homologues sud-coréen et japonais, Suh Hoon et Shigeru Kitamura, pour des discussions sur un large éventail de questions qui comprendront l'examen en cours des politiques américaines à l'égard de la Corée du Nord.

«Il s'agit de la consultation la plus importante que nous ayons eue avec nos amis japonais et sud-coréens et nous sommes donc très ouverts, préparés et engagés pour prendre en compte ces commentaires, et donc ce ne sera pas une conversation à sens unique», a indiqué l'officiel lors d'un point de presse téléphonique, tout en s'exprimant sous couvert d'anonymat.

La réunion à trois des conseillers à la sécurité nationale se tiendra «en privé» à l'Académie navale américaine d'Annapolis, dans le Maryland, a ajouté le responsable.

Il a fait savoir que la réunion donnerait une idée de la manière dont les Etats-Unis envisagent d'aborder le Nord reclus alors que l'examen en cours de la politique à l'égard de Pyongyang touche à sa fin.

«Je pense que notre intention est d'avoir un examen approfondi qui éclairera notre processus à l'avenir, en ce qui concerne l'examen plus généralement», a estimé le responsable.

«Je considère que l'objectif principal est de veiller à ce que nous ayons une compréhension profonde et partagée des circonstances qui se déroulent sur la péninsule, en Corée du Nord, que nos objectifs et nos évaluations de ce que nous voulons atteindre sont sur un alignement d'une importance critique, et aussi pour que nous informions les deux équipes de ce que nous pensons être les éléments essentiels de notre stratégie pour l'avenir», a-t-il ajouté.

Plus tôt cette semaine, le ministre sud-coréen des Affaires étrangères Chung Eui-yong a renouvelé son appel aux efforts internationaux pour déclarer la fin officielle de la guerre de Corée (1950-1953) afin de relancer les négociations de dénucléarisation avec la Corée du Nord.

Pyongyang est resté à l'écart des pourparlers depuis que le deuxième sommet entre le dirigeant Kim Jong-un et l'ancien président américain Donald Trump à Hanoï s'est terminé sans accord en février 2019.

Le président Joe Biden et son administration n'ont pas encore affiché de position officielle sur la fin officielle de la guerre de Corée, mais ils devraient probablement être contre l'offre d'incitations au Nord dans les premières étapes de son processus de dénucléarisation.

Depuis son entrée en fonction le 20 janvier, l'administration Biden a maintenu toutes les sanctions américaines contre le royaume ermite.

Néanmoins, le responsable de l'administration a déclaré que les Etats-Unis continueraient de consulter étroitement leurs alliés asiatiques même après la conclusion de son examen de la politique en cours.

«Je dirais que nous ne considérons en aucun cas cela comme une sorte de réunion finale, et les Etats-Unis partent ensuite pour s'engager sans partenariat. Nous pensons qu'il s'agit d'un processus itératif sur lequel nous travaillerons constamment au fur et à mesure avec le Japon et la Corée du Sud sur des objectifs communs de dénucléarisation et de réduction des tensions et autres plus directement dans la péninsule coréenne et en Asie», a expliqué l'officiel.

«Je considère donc cela comme une partie d'un processus et non comme un résultat final.»

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page