Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(Profil) Oh Se-hoon : l'ex-maire conservateur de Séoul revient sous les projecteurs après une décennie d'ambitions déçues

National 08.04.2021 à 06h46
Oh Se-hoon

SEOUL, 08 avr. (Yonhap) -- Il ne serait pas exagéré de décrire Oh Se-hoon, l'ancien maire de Séoul qui a été réélu au poste mercredi, comme un parieur politique dans l'âme.

Il y a près d'une décennie en août 2011, Oh, alors maire de Séoul pour deux mandats, a mis son poste en jeu lors d'un référendum municipal à enjeux élevés lors duquel il a appelé à s'opposer à un programme universel de repas scolaires gratuits soutenus par le conseil municipal dirigé par l'opposition.

Le référendum a fini par être rejeté en raison d'un faible taux de participation, le maire, membre du Grand Parti national (GPN), prédécesseur du principal parti d'opposition conservateur, le Parti du pouvoir du peuple (PPP), a démissionné de son poste comme promis. Sa démission a conduit à l'avènement de Park Won-soon, un avocat libéral des droits de l'Homme reconverti dans la politique, qui restera à la tête de la capitale pendant près de neuf ans.

Ayant été élevé dans une famille relativement pauvre, Oh a réussi l'examen du barreau national en 1984. Il a fait la Une des journaux nationaux en 1993 en gérant avec succès un contentieux de groupe autour de l'obstruction d'un promoteur immobilier aux droits à la lumière du soleil de résidents d'appartements à Incheon.

Il est ensuite entré en politique après avoir été repéré par Lee Hoi-chang, ancien président du GPN, en 2000, recevant une candidature parlementaire pour se présenter dans le quartier ultra-conservateur de Gangnam à Séoul et remportant l'élection.

Après sa démission brutale de la mairie de Séoul en 2011, deux ans plus tôt que la date à laquelle son deuxième mandat devait expirer, Oh a étudié à Londres et à Shanghai et participé à un groupe consultatif de l'Agence coréenne de coopération internationale (KOICA) pour les projets de l'organisme au Pérou et au Rwanda.

Depuis lors et jusqu'aux récentes élections partielles de maire, Oh est resté la plupart du temps à l'écart des projecteurs politiques pendant près d'une décennie. Mais ce n'était pas comme si Oh avait renoncé à ses ambitions dans la politique nationale.

Il a brigué un siège dans l'arrondissement de Jongno à Séoul contre Chung Sye-kyun, l'actuel Premier ministre, aux élections générales de 2016, mais s'est incliné. Il a également concouru et a été battu par Ko Min-jung, ancienne porte-parole de Cheong Wa Dae, dans la circonscription de Gwangjin, à l'est de Séoul, lors des élections de l'année dernière.

Mais alors que le brusque départ d'Oh de son fauteuil de maire en 2011 ouvrait les conditions de la montée politique de Park Won-soon, le suicide choquant de ce dernier en juillet 2020 à la suite d'allégations d'années de harcèlement sexuel contre son ancienne secrétaire a fini ironiquement par fournir une opportunité à Oh pour qu'il revienne sur le devant de la scène politique.

Début mars, Oh a réussi à obtenir le ticket du PPP lors d'une victoire surprise contre Na Kyung-won, ancienne chef du groupe parlementaire du parti. Il a finalement fini par devenir le candidat de l'opposition unifiée dans une primaire bidirectionnelle épuisante avec Ahn Cheol-soo du Parti du peuple (PP), une petite formation d'opposition, le 23 mars. déterminé par des sondages d'opinion réalisés auprès de 3.200 électeurs via téléphone mobile par deux agences de vote.

Oh dans son message de campagne a largement exploité le niveau élevé de méfiance et de déception du public envers ce qui est largement considéré comme l'échec de la politique de logement du président Moon Jae-in et un scandale de spéculation foncière impliquant des fonctionnaires de Korea Land and Housing Corp. (LH).

Oh a également mis en avant auprès des électeurs qu'il avait près de deux mandats d'expérience en tant que maire à son actif, soulignant sa compétence pour diriger la capitale dès le premier jour avec une transition minimale.

Oh Se-hoon, candidat du Parti du pouvoir du peuple pour l'élection partielle pour la mairie de Séoul, appelle son rival Ahn Cheol-soo du Parti du peuple à affirmer sa position sur les moyens d'unifier leurs candidatures lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale le 19 mars 2021.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page