Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) L'Iran libère le navire sud-coréen et son capitaine

Actualités 09.04.2021 à 15h34
Cette photo fournie par le ministère des Affaires étrangères le 9 avril 2021 montre le Hankuk Chemi, un pétrolier sud-coréen libéré avec le capitaine trois mois après avoir été saisi par l'armée iranienne en janvier.

SEOUL, 09 avr. (Yonhap) -- Le ministère des Affaires étrangères a annoncé ce vendredi que l'Iran a libéré le pétrolier sud-coréen et son capitaine qu'il détenait depuis environ trois mois avec comme raison avancée la pollution de la mer.

Le Hankuk Chemi avec à son bord le capitaine et 12 autres membres d'équipage a quitté le port iranien de Rajaee près de Bandar Abbas, sur la côte sud, vers 6h (heure iranienne), a précisé le ministère. Les membres d'équipage sont restés à bord pour l'entretien.

Le ministère a indiqué que le capitaine et les membres d'équipage étaient en bonne santé.

Le Corps des gardiens de la révolution islamique de l'Iran avait arraisonné le navire et ses 20 membres d'équipage dans les eaux iraniennes le 4 janvier en avançant que le navire a violé des règles environnementales.

Des experts avaient attribué cette saisie à la colère de Téhéran pour qui Séoul ne déploie pas suffisamment d'efforts pour débloquer 7 milliards de dollars de ses fonds gelés dans des banques sud-coréennes en raison des sanctions américaines.

L'Iran a quant à lui affirmé que la saisie était purement une question technique qui serait traitée en vertu d'une procédure jucidiaire.

Cette libération est intervenue alors que les négociations entre Séoul et Téhéran auraient réalisé des progrès pour répondre à la demande du pays du Moyen-Orient de débloquer les fonds même si aucune des deux parties n'a reconnu que la saisie du navire et le gel des fonds sont liés.

Les deux pays ont mené des consultations pour régler la question des fonds gelés, notamment à travers un accord commercial humanitaire suisse soutenu par les Etats-Unis pour faciliter les exportations de produits humanitaires vers l'Iran.

Une utilisation de l'argent par l'Iran pour le règlement d'arriérés auprès des Nations unies a été aussi abordée pour justifier un transfert.

«Nous espérons réaliser des progrès considérables en termes de paiement des cotisations onusiennes», a déclaré un officiel du ministère des Affaires étrangères. «Nous avons aussi exporté des équipements médicaux d'une valeur de 30 millions de dollars depuis que nous avons relancé le commerce humanitaire avec l'Iran en avril dernier.»

Séoul est également en étroite consultation sur les fonds gelés avec les partenaires américains et européens, les pays qui mènent des négociations avec Téhéran pour rétablir l'accord destiné à restreindre les activités nucléaires iraniennes, a ajouté l'officiel.

«Si les discussions sur le JCPOA (accord de Vienne sur le nucléaire iranien) avancent, nous pensons que cela pourra avoir un impact positif sur la question des fonds gelés», a-t-il prévu.

Le relâchement du navire a été par ailleurs décidé après que les autorités iraniennes et l'exploitant sud-coréen du vaisseau ont trouvé une entente. Téhéran n'a jamais lancé de procédure judiciaire contre le navire, selon l'officiel.

Depuis février, le capitaine et une partie des membres d'équipage étaient restés à bord après que les autorités iraniennes ont annoncé qu'elles libèreraient tous les marins excepté le capitaine pour l'entretien du vaisseau.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page