Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La ville de Séoul envisage de déployer les kits d'auto-dépistage du Covid-19 dans les écoles en premier lieu

Actualités 15.04.2021 à 22h21
Un agent médical montre comment utiliser les kits d'auto-dépistage du Covid-19 dans un centre médical à Gwangju, à 330 kilomètres au sud de Séoul, le 13 avril 2021. (Photo fournie par le mairie d'arrondissement du nord de Gwangju. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 15 avr. (Yonhap) -- La municipalité de Séoul a déclaré ce jeudi envisager de déployer dans les écoles, dans un premier temps, les kits d'auto-dépistage du nouveau coronavirus, après des consultations avec le gouvernement.

Park Yoo-mi, une responsable du contrôle des maladies au sein de la mairie de Séoul, a déclaré lors d'un point de presse qu'il y avait de nombreux avis favorables à l'introduction des kits dans les écoles à titre d'essai, lors d'une réunion consultative avec des experts tenue mercredi.

«(Les experts) ont évoqué la nécessité de faire preuve de prudence lors de l'introduction de kits d'auto-dépistage dans un pays où le taux de prévalence (du Covid-19) est faible en raison de leur manque de fiabilité», a-t-elle déclaré. «Cependant, ils ont également déclaré que les kits d'auto-dépistage se sont avérés très fiables pour détecter les patients infectieux symptomatiques.»

La municipalité de Séoul a travaillé pour élaborer son propre programme de distanciation sociale, différent du gouvernement central, à la demande du nouveau maire de la capitale Oh Se-hoon.

Oh avait initialement prévu d'introduire des kits d'auto-dépistage dans les installations de karaoké comme une mesure pour les maintenir ouverts même après le couvre-feu imposé par le gouvernement à 22 heures.

L'idée s'est confrontée à la réticence des responsables du gouvernement central et des experts de la santé qui invoquent des inquiétudes quant à la fiabilité des kits.

«(Les experts ont déclaré que les kits) devraient être utilisés car ils présentent plus d'avantages, comme l'accès à un test pour toute personne souhaitant s'y soumettre et le dépistage des personnes infectées», a expliqué Park. «De nombreuses personnes se montrent favorables à leur introduction dans les écoles pour essai.»

Le pays a récemment connu une recrudescence de nouveaux cas d'infection, avec des flambées signalées dans les écoles depuis le début du semestre en mars.

Park a déclaré que la proportion d'enfants de moins de 20 ans infectés était de 7% en janvier mais de plus de 11% à la fin du mois dernier, tandis que 11 écoles ont signalé des foyers d'infection depuis mars.

«La municipalité élaborera des directives détaillées sur l'introduction des kits d'auto-dépistage et leurs groupes cibles, sur la base des avis des experts», a-t-elle déclaré, ajoutant que toutes les décisions feront l'objet de consultations avec le ministère de la Santé et des Affaires sociales, le ministère de la Sécurité des denrées alimentaires et des médicaments et l'Agence coréenne de contrôle et de prévention des maladies.

Park a réitéré que les kits d'auto-dépistage étaient fréquemment utilisés à l'étranger, y compris par les étudiants en Grande-Bretagne.

Mais la ministre de l'Education, Yoo Eun-hae, a indiqué qu'il était trop tôt pour utiliser les kits d'auto-dépistage dans les écoles.

«Il y a eu une controverse sur l'exactitude des kits, et la mesure pourrait provoquer la confusion sur le programme de prévention dans les écoles. Nous devons être très prudents», a déclaré Yoo lors d'une réunion avec des experts.

Des élèves entrent en classe dans un collège de Gwangju, à 330 kilomètres au sud de Séoul, le 19 octobre 2020.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page