Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Fukushima : la Corée du Sud compte participer à l'équipe de surveillance de l'AIEA

Actualités 20.04.2021 à 14h24
Le ministre des Affaires étrangères Chung Eui-yong répond aux questions des députés lors d'une réunion de la commission parlementaire de l'unification et des affaires étrangères, le mardi 20 avril 2021, au Parlement à Séoul.

SEOUL, 20 avr. (Yonhap) -- La Corée du Sud fera en sorte de rejoindre une équipe internationale de surveillance menée par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour contrôler le rejet prévu par le Japon de l'eau radioactive de la centrale nucléaire de Fukushima, a déclaré ce mardi le ministère des Affaires étrangères.

Le ministère a renouvelé l'engagement dans un rapport déposé à l'Assemblée nationale, alors que les craintes prennent de l'ampleur autour de risques potentiels pour la santé après que Tokyo a indiqué qu'il pourrait rejeter plus de 1,2 million de tonnes d'eau contaminée dans l'océan Pacifique.

Séoul a fortement manifesté son opposition au projet, en reprochant au Japon de ne pas avoir fourni d'informations suffisantes sur le rejet.

Séoul a annoncé qu'il souhaitait prendre part au processus de vérification de la sûreté de l'AIEA. «Alors qu'il y a des préoccupations selon lesquelles notre pays devrait subir le plus grand dommage direct, nous projetons de transmettre la nécessité du partage des informations supplémentaires et des consultations, séparément de la vérification via l'AIEA», a indiqué le ministère dans le compte rendu.

«Nous projetons également de présenter une demande (au Japon) afin de garantir l'envoi d'experts sud-coréens pour le processus de vérification de l'AIEA», a-t-il fait savoir, en ajoutant que la formation de l'équipe de surveillance est une «affaire qui nécessite un consentement» entre le Japon et l'AIEA.

Le ministère a fait savoir qu'il projetait également de demander des consultations conjointes entre les experts des deux pays concernant la question.

Le ministère travaillera pour s'assurer que «la vérification acceptable, scientifique et objective» se déroule de manière convaincante pour la communauté internationale en abordant les problèmes liés au rejet de l'eau à travers des canaux multilatéraux comme l'AIEA et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a-t-il dit.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page