Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La chaîne de librairies Kyobo retire des rayons les mémoires de Kim Il-sung controversées

Actualités 25.04.2021 à 13h44

SEOUL, 25 avr. (Yonhap) -- La plus grande chaîne de librairies de Corée du Sud, Kyobo Books, a cessé de vendre les mémoires du fondateur de la Corée du Nord Kim Il-sung à la suite d'une controverse juridique et politique entourant la série de huit volumes.

Une maison d'édition locale a déclaré mercredi qu'elle avait commencé à vendre les mémoires, intitulées «With the Century», ici pour la première fois depuis que les livres ont été publiés par le régime nord-coréen au début des années 1990.

Les mémoires, qui présentent principalement le combat anti-japonais de Kim, ont suscité une vive polémique car ils sont connus pour contenir de nombreuses inventions sur sa vie. Le fondateur du Nord est le grand-père de l'actuel dirigeant Kim Jong-un.

Dans les années 1990, un éditeur sud-coréen a tenté en vain de vendre les livres ici et a fait l'objet d'une enquête pour avoir prétendument violé la loi sur la sécurité nationale.

«With the Century», les mémoires en huit volumes du fondateur de la Corée du Nord, Kim Il-sung. (Photo fournie par l'éditeur local Minjok Sarangbang. Revente et archivage interdits)

Lors d'une réunion tenue vendredi, le Kyobo Book Center a décidé d'interdire la vente de la série et de retirer les mémoires de sa librairie en ligne, selon des sources.

«Compte tenu d'une décision de la Cour suprême qui a conclu que les lecteurs qui achètent des livres violant la loi sur la sécurité nationale peuvent également être punis, nous avons décidé de ne pas recevoir de nouvelles commandes pour protéger les clients», a annoncé un responsable de l'entreprise.

Le représentant, qui a expliqué que la décision était axée sur la protection des clients plutôt que sur la controverse politique, a fait savoir que la société déciderait de reprendre les ventes après que les décisions soient prises par le tribunal ou une agence de publication nationale.

Le libraire a retiré jeudi trois volumes de la série de ses librairies du centre et du sud de Séoul, ainsi que de son centre logistique, et les a renvoyés à une association d'éditeurs qui est responsable de sa distribution.

Cette photo d'archive montre un logo de Kyobo Books, la plus grande chaîne de librairies de Corée du Sud.

Le patron de la maison d'édition des mémoires a indiqué qu'il était disposé à coopérer avec la police ou le ministère de l'Unification sur la question, si nécessaire.

«Je pensais qu'il n'y avait pas de problème puisque la Corée du Sud ne gère pas de système de permis pour la publication, mais je suis désolé que la controverse ait pris de l'ampleur», a expliqué Kim Seung-kyun dans un entretien téléphonique avec l'agence de presse Yonhap, ajoutant que les actions anti-japonaises de Kim devraient être reconnues.

L'homme de 82 ans, qui était auparavant à la tête d'une organisation civile de promotion des échanges intercoréens, dirige actuellement une petite entreprise spécialisée dans le commerce avec la Corée du Nord.

L'association des éditeurs a, quant à elle, annoncé qu'elle n'avait jusqu'à présent aucune raison de cesser de distribuer les mémoires, sans la demande de l'éditeur ou une décision de justice.

Une centaine de volumes de la série auraient été distribués par l'intermédiaire de l'association, dont 10 vendus à Kyobo. Une recherche sur les principaux libraires en ligne Yes24 et Aladin montre, quant à elle, que les mémoires peuvent être achetées pour des livraisons à partir de vendredi et de jeudi, respectivement.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page