Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La distance parcourue par les missiles nord-coréens révisée à la hausse en raison d'un angle mort

Actualités 29.04.2021 à 16h31
La Corée du Nord a confirmé avoir testé avec succès deux missiles tactiques le jeudi 25 mars 2021, selon un rapport publié le lendemain par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). Il a par ailleurs été noté que leur tête était de 2,5 tonnes. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 29 avr. (Yonhap) -- Les autorités militaires ont émis un correctif concernant la distance parcourue par les missiles nord-coréens tirés vers la mer de l'Est le 25 mars dernier, 600km au lieu des 450km estimés le jour du tir. Cette imprécision au départ serait due à «un angle mort» du radar de détection, selon leurs explications.

Dans un briefing de routine tenu ce jeudi, le porte-parole du Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS), le colonel Kim Jun-rak a expliqué que l'armée estimait que «les missiles de courte portée ont parcouru environ 600km en faisant les manœuvres "pull-up", d'après l'analyse des autorités sud-coréano-américaines de reconnaissance (…)». Les détails ne peuvent pas être communiqués puisqu'il s'agit d'un secret de l'alliance sud-coréano-américaine, a-t-il ajouté.

Hier, le ministre de la Défense, Suh Wook, a rapporté devant le Parlement que les missiles balistiques nord-coréens ont volé environ 600km et le JCS a apporté sa confirmation aujourd'hui. Le ministre a détaillé devant les députés que «si le Nord tire vers la mer de l'Est, le trajet en basse altitude n'est pas clairement visible avec nos équipements de détection (…) les manœuvres "pull-up" ont permis de voler plus loin».

Mais, cette correction a provoqué les doutes sur la capacité de détection des missiles nord-coréens par l'armée sud-coréenne.

«Il y a un angle mort quand nos équipements de détection pistent les missiles. Ce manque a été résolu à travers une analyse supplémentaire effectuée par l'alliance sud-coréano-américaine», a expliqué le porte-parole du JCS en réponse aux remarques sur l'incapacité de détection des manœuvres "pull-up" et de la distance parcourue.

Il a aussi précisé que «si le missile vient vers nous (pas vers la mer de l'Est) nous sommes capables de tout détecter et nous disposons de toutes les contre-mesures». Concernant, l'information émanant de la Corée du Nord selon laquelle le poids de la tête du missile serait de 2,5 tonnes, Kim a commenté que cela «nécessite une analyse supplémentaire des spécifications techniques comme le poids (…) il faut une analyse plus technique et ce n'est pas possible en prenant seulement en compte l'apparence du missile».

Au lendemain du lancement de ces missiles balistiques de courte portée le 25 mars, la Corée du Nord a rapporté que «le nouveau type de projectile guidé tactique nouvellement développé est un système d'arme dont le poids de l'ogive a été amélioré pour être de 2,5 tonnes avec une utilisation de la technologie essentielle du projectile guidé tactique qui avait été déjà développée.»

Les experts ont estimé que ce missile nord-coréen est une version améliorée du missile KN-23 calqué sur le modèle russe Iskander.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page