Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) La sœur de Kim met en garde Séoul contre les conséquences de ne pas pouvoir empêcher les envois de tracts

Actualités 02.05.2021 à 14h17

SEOUL, 02 mai (Yonhap) -- La sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a reproché à la Corée du Sud de ne pas avoir arrêté les envois de tracts anti-Pyongyang diffusés par un groupe de transfuges la semaine dernière, les qualifiant de «provocation intolérable» et mettant en garde contre une «action correspondante».

Kim Yo-jong a fait ces remarques dans un communiqué diffusé par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), affirmant que le gouvernement sud-coréen «n'a une nouvelle fois pas mis fin aux actes irréfléchis» et a exprimé son «mécontentement» à ce sujet.

«Des 'transfuges du Nord' en Corée du Sud ont récemment dispersé des tracts contre la RPDC, une nouvelle fois, une provocation intolérable à son encontre», a déclaré Kim dans le communiqué. «Cependant, les autorités sud-coréennes n'ont une nouvelle fois pas mis fin aux actes irréfléchis des 'transfuges du Nord', leur faisant un appel du pied.»

RPDC est le sigle du nom officiel de la Corée du Nord, la République populaire démocratique de Corée.

Kim Yo-jong, la soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. (photo d'archives)
Park Sang-hak, chef de Fighters for a Free North Korea (FFNK), un groupe d'activistes anti-Pyongyang, brandit une pancarte dénonçant le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, sur cette photo fournie par le transfuge devenu activiste.

«Le mécontentement ne peut être caché face à de tels actes sordides. Nous considérons les manœuvres commises par les déchets humains du Sud comme une grave provocation contre notre Etat et nous examinerons (la prise d') actions correspondantes», a-t-elle déclaré. «Nous ne pouvons plus rester spectateurs».

Elle n'a cependant pas explicité ce que pourrait être ces actions.

Fighters for a Free North Korea (FFNK), dirigé par Park Sang-hak, un transfuge nord-coréen, ont affirmé vendredi avoir fait voler 10 grands ballons transportant environ 500.000 tracts, 500 brochures et 5.000 billets d'un dollar depuis des zones frontalières non identifiées vers la Corée du Nord.

Il s'agit du premier vol de ce type depuis l'interdiction de l'envoi de tracts par le gouvernement de Séoul, entrée en vigueur fin mars.

Cette interdiction est intervenue quelques mois après que Pyongyang a fait exploser le bureau de liaison intercoréen dans la ville frontalière de Kaesong, symbole d'un dégel des relations intercoréennes, en signe de colère contre l'incapacité de Séoul à mettre fin à ce type d'envois.

Les critiques ont affirmé que la législation équivaut à céder aux pressions nord-coréennes.

Le gouvernement sud-coréen a déclaré que cette interdiction était nécessaire pour assurer la sécurité des habitants des zones frontalières, car ces tracts, qui se moquent souvent des dirigeants et du régime nord-coréens, pourraient provoquer Pyongyang.

Le ministère sud-coréen de l'Unification, qui s'occupe des affaires transfrontalières, a déclaré précédemment qu'il s'efforçait de confirmer que l'envoi des tracts en Corée du Nord a bien eu lieu et qu'il traitera cette question conformément à la loi.

Quelques heures après cette déclaration, le ministère de l'Unification de Séoul a demandé à tous, y compris à la Corée du Nord, de s'abstenir de toute action susceptible d'accroître les tensions autour de la péninsule coréenne, affirmant qu'il poursuivait ses efforts pour construire la paix et faire progresser les relations intercoréennes.

Le ministère a également réitéré qu'il mène une enquête avec les autorités compétentes sur l'envoi présumé de tracts de la semaine dernière, tout en déclarant que l'interdiction sur l'envoi des tracts devrait être respectée, afin d'assurer la sécurité des citoyens dans les zones frontalières.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page