Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Coronavirus : la Corée du Sud fait face à une possible pénurie de vaccins

Actualités 02.05.2021 à 16h08
Préparation
Inoculation d'un soldat
Vaccination

SEOUL, 02 mai (Yonhap) -- La Corée du Sud pourrait bientôt faire face à une pénurie de vaccins contre le nouveau coronavirus (Covid-19) alors qu'il reste moins de 10% des doses du vaccin AstraZeneca livrées dans le pays, ont fait savoir ce dimanche les autorités sanitaires, augmentant les inquiétudes sur un éventuel retard dans le programme de vaccination du pays.

La nation a reçu jusqu'à présent 2 millions de doses de vaccin AstraZeneca et 1,82 millions de personnes ont reçu leur première dose jusqu'à ce dimanche, a détaillé un groupe de travail destiné à gérer la vaccination contre le Covid-19.

Il ne reste que 166.716 doses, soit 8,8% du total. Elles pourraient être administrées à environ 200.000 personnes si les seringues à faible volume mort sont utilisées.

Compte tenu du fait que 100.000 personnes ont été inoculées par jour au cours de ces dernières semaines, les doses restantes devraient s'épuiser en moins de deux jours à moins que des flacons supplémentaires ne soient livrés dans quelque jours.

Les autorités sanitaires ont fait savoir plus tôt qu'elles obtiendraient 8,76 millions de doses additionnelles auprès d'AstraZeneca et via le projet international Covax de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) mais n'ont pas encore dévoilé de calendrier détaillé.

Le mois dernier, l'équipe de coordination de la vaccination a recommandé à la population de recevoir la deuxième injection du vaccin AstraZeneca 11 à 12 semaines après avoir reçu la première dose, pour augmenter son efficacité et compte tenu de l'approvisionnement en vaccins.

Alors que le pays a commencé à administrer le vaccin AstraZeneca le 26 février, les personnes ayant reçu la première dose devront être inoculées de nouveau à partir du 14 mai, ce qui pourrait compliquer le calendrier de vaccination.

Les doses de vaccin AstraZeneca ont été administrées aux résidents et employés des maisons de soins, âgés de 65 ans et moins, et aux travailleurs de la santé dans les hôpitaux dans le cadre de la première phase de la vaccination et c'est aujourd'hui au tour des pharmaciens, patients souffrant de maladies rénales chroniques et policiers, sapeurs-pompiers et soldats. Les personnes âgées de moins de 30 ans sont exclues de la liste à cause des inquiétudes liées aux caillots sanguins rares.

Les doses du vaccin Pfizer ont été administrées d'abord aux membres du personnel médical dans les hôpitaux destinés aux soins pour le Covid-19 et les personnes âgées de 75 ans ou plus ont commencé à recevoir des injections depuis le mois dernier. Pfizer recommande un intervalle de trois semaines entre les deux doses.

Les autorités sanitaires ont indiqué vendredi dernier avoir demandé aux centres de vaccination de ne plus recevoir de réservation pour la première dose du vaccin Pfizer, invoquant un «déséquilibre temporaire dans l'approvisionnement».

Les livraisons de vaccins plus lentes que prévu intensifient les inquiétudes sur la réalisation du plan du pays de vacciner 12 millions de personnes d'ici fin juin dans le but d'atteindre l'immunité collective à l'horizon de novembre.

Un total de 3,39 millions de personnes ont reçu au moins une dose depuis que le pays a lancé sa campagne de vaccination le 26 février dernier, représentant 6,6% de la population totale, selon l'Agence coréenne de contrôle et prévention des maladies (KDCA).

La vaccin AstraZeneca a été administré à 1.829.239 personnes, tandis que 1.565.865 ont reçu le vaccin Pfizer.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page