Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Des œuvres rares de la collection Lee Kun-hee dévoilées par le MMCA

Sport/Culture 07.05.2021 à 18h38
«Le Bœuf blanc», de Lee Jung-seob (1916-1956). (Photo founie par MMCA. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 07 mai (Yonhap) -- Parmi les 23.000 œuvres d'art de la collection Lee Kun-hee, défunt président du groupe Samsung, données par sa famille à différents musées, quelque 1.488 pièces de 246 artistes offertes au Musée national d'art moderne et contemporain (MMCA) ont été dévoilées ce vendredi.

Ces œuvres d'art incluent de rares chefs d'œuvres d'art moderne et contemporain d'artistes coréens, 1.369 pièces de 238 artistes, ainsi que des œuvres d'art moderne de 8 artistes occidentaux, 119 pièces au total. Plus de la moitié des pièces de la collection Lee Kun-hee date des années 1970 à 1990.

Par artiste, 187 œuvres ont été signées par le peintre contemporain coréen Yoo Young-kuk et 104 de Lee Jung-seob. Il y a environ 60 pièces de Chang Ucchin et 33 de Park Soo-keun, selon le MMCA.

«Le Bœuf blanc», de Lee Jung-seob (1916-1956), dans cette collection, l'une des 5 peintures de bœuf blanc peinte durant la guerre de Corée, est une rareté dans l'histoire de l'art moderne de la Corée. Le bœuf symbolise le peuple coréen oppressé par la colonisation japonaise tandis que la couleur blanche représente l'identité de l'ethnie coréenne.

«Mureungdowondo (paradis secret)» de Lee Sang-beom (1897-1972 ). (Photo founie par le MMCA. Revente et archivage interdits).

Le paysage en bleu et vert de Lee Sang-beom (1897-1972 ) «Mureungdowondo (paradis secret)» daté 1922, dont l'existence était connue mais que personne n'avait jamais vu, a été montré au public 100 ans après sa création.

La peinture de pots et de femmes de Kim Whanki (1913-1974), datée des années 1950, fait partie des œuvres rares de la collection. Ce chef d'œuvre reflète son intérêt pour les caractéristiques traditionnelles de la Corée. Kim est un peintre abstrait coréen reconnu qui a séjourné à Paris entre 1956 et 1959.

Le directeur du MMCA, Yun Bum-mo, a noté à propos de cette pièce de Kim Whanki que «(elle) est la plus représentative parmi ses chefs d'œuvres et commencerait à 30 ou 40 milliards de wons (environ 22,2 et 30 millions d'euros) aux enchères».

Les chefs d'œuvres des peintres femmes Na Hye-sok (1896-1948) et Baek Nam-soon (1904-1994), ainsi que celles de Gim Jong-tae (1906-1935), sont aussi des pièces importantes de la collection offerte au MMCA.

Des pots et des femmes de Kim Whanki (1913-1974). (Photo founie par le MMCA. Revente et archivage interdits)

Quant à la collection d'art moderne occidental (119 pièces de 8 artistes), elle compte notamment «Le Bassin aux nymphéas» de Claude Monet, «Famille de centaures marsupiaux» de Salvador Dali et des chefs d'œuvres de Paul Gauguin, Juan Miro et Marc Chagall.

Le directeur Yun a estimé que «la collection Lee Kun-hee se caractérise par sa diversité, de l'art antique à l'art contemporain occidental», «il s'agit du résultat d'une passion de longue haleine et de l'expertise (de Lee)».

Le musée national d'art moderne et contemporain compte organiser des expositions sur la collection Lee Kun-hee, dont la première exposition sur les chefs d'œuvres modernes aura lieu en août à Séoul. La 2e exposition sur la collection des maîtres occidentaux se tiendra en décembre et la 3e sur les chefs d'œuvres de Lee Jung-seob en mars 2021.

«Famille de centaures marsupiaux» de Salvador Dali de la collection Lee Kun-hee offerte au MMCA projeté sur l'écran lors de la conférence de presse tenue le vendredi 7 mai 2021 au MMCA.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page