Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Tracts anti-Pyongyang : le chef de Fighters for a Free North Korea interrogé par la police

Actualités 10.05.2021 à 16h57
Park Sang-hak, chef de Fighters for a Free North Korea (FFNK), se présente le lundi 10 mai 2021 à l'Agence de la police de Séoul (SMPA).

SEOUL, 10 mai (Yonhap) -- La police a convoqué ce lundi Park Sang-hak, à la tête de Fighters for a Free North Korea (FFNK) pour une enquête sur des allégations selon lesquelles le groupe aurait envoyé des prospectus anti-nord-coréens à travers la frontière le mois dernier au mépris d'une interdiction de telles activités récemment décrétée.

Le chef du groupe de transfuges nord-coréens s'est présenté vers 14h à l'Agence de la police de Séoul (SMPA). «Avant de traverser les fleuves Yalou et Tumen (avant de faire défection), j'avais entendu dire que la Corée du Sud était une colonie des Etats-Unis et un vrai enfer pour les hommes. En habitant ici, nous voulons dire la vérité à travers des tracts anti-nord-coréens en envoyant des lettres», a-t-il déclaré.

«Avons-nous vraiment tort de faire connaître au peuple nord-coréen la politique, la culture, la société, la démocratie libérale de la république de Corée et la déclaration universelle des droits de l'Homme ?», a-t-il questionné. «Si je vais en prison, mes collègues continueront de diffuser des tracts anti-nord-coréens.»

Lors d'une conférence de presse donnée plus tôt dans la journée pour marquer le quatrième anniversaire de son investiture, le président Moon Jae-in a déclaré au sujet de la campagne de tracts anticommunistes du groupe qu'«il n'est pas souhaitable de jeter une douche froide aux relations intercoréennes en violant un accord intercoréen et une loi en vigueur». A ce propos, Park a souligné que «c'est la Corée du Nord qui doit changer» en évoquant l'explosion par le Nord du bureau de liaison intercoréen.

FFNK a affirmé le 30 avril dernier avoir fait voler vers le Nord 10 ballons géants contenant 500.000 tracts anticommunistes, 500 fascicules et 5.000 coupures d'un dollar en deux fois le mois dernier depuis des zones frontalières dans les provinces du Gyeonggi et du Gangwon.

Si cela est confirmé, le groupe dirigé par Park sera le premier à avoir envoyé des tracts critiquant le régime de Kim Jong-un depuis que Séoul interdit ce type d'activités en vertu d'une loi amendée en mars. Les contrevenants sont passibles d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à trois ans ou d'une amende de 30 millions de wons (27.400 dollars).

Kim Yo-jong, la sœur cadette du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a publié au début de ce mois-ci une déclaration condamnant la Corée du Sud pour ne pas avoir empêché le groupe de transfuges d'envoyer des tracts, menaçant de prendre des «mesures correspondantes» en réponse à cette «provocation intolérable».

FFNK a fait voler des tracts anti-Pyongyang vers le Nord plus de 60 fois depuis que le ministère de l'Unification a commencé à compiler des données concernées en 2010.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page