Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(FOCUS) Les firmes coréennes s'apprêtent à faire sensation avec des plans d'investissement massifs aux Etats-Unis

Gros plans 20.05.2021 à 15h33

SEOUL, 20 mai (Yonhap) -- Les Etats-Unis constituent le premier pôle mondial de technologies et d'innovations, mais ils ne sont pas un chef de file dans la chaîne d'approvisionnement de hautes technologies, comptant principalement sur les pays asiatiques pour des articles essentiels, tels que les semi-conducteurs et les batteries pour véhicules électriques (VE).

Face aux défis croissants posés par la Chine, le président américain Joe Biden veut revitaliser la capacité de fabrication nationale au milieu de la crise mondiale des puces et d'une pénurie imminente de batteries, et il devrait saluer une série d'annonces de plans d'investissement massifs par des entreprises coréennes en amont et après ses entretiens au sommet avec le président sud-coréen Moon Jae-in vendredi.

Moon est en ce moment à Washington pour une visite de quatre jours, et des chefs de grands conglomérats sud-coréens se sont rendus aux Etats-Unis afin d'assister à divers événements visant à promouvoir les relations économiques bilatérales.

Le président Moon Jae-in salue de la main avant de monter à bord d'un avion en direction de Washington pour tenir un sommet avec le président américain Joe Biden, à l'aéroport de Séoul, dans la province du Gyeonggi, le mercredi 19 mai 2021.

Parmi eux se trouvent le président du groupe SK Chey Tae-won, le vice-président de Samsung Electronics Kim Ki-nam, le PDG de LG Energy Solution Kim Jong-hyun et le président du groupe Hyundai Motor Kong Young-woon, et leurs entreprises devraient dévoiler ensemble des plans d'investissement dépassant les 40.000 milliards de wons (35,3 milliards de dollars).

Certains des investissements ont déjà été annoncés par le biais de leurs décisions stratégiques prises en réponse au plan «Buy American» de l'administration Biden et pour mieux servir la lucrative clientèle américaine, mais de nouvelles annonces plus détaillées devraient soutenir le programme de Moon pour la Corée du Nord, les échanges de vaccins contre le Covid-19 et les accords de transfert de technologies.

Les observateurs de l'industrie accordent une grande attention au projet de Samsung Electronics Co. de construire une nouvelle usine de semi-conducteurs aux Etats-Unis à un moment où une pénurie mondiale de puces paralyse l'industrie automobile et cause de problèmes dans d'autres secteurs dépendant des puces.

Samsung, le plus grand producteur de puces mémoire au monde et la deuxième fonderie, prévoit d'inaugurer une usine d'une valeur de 20.000 milliards de wons adjacente à une installation existante au Texas, et il devrait bientôt finaliser la proposition, selon des sources du secteur.

Avec davantage d'usines de puces, Samsung Electronics est susceptible de rivaliser avec le leader du marché de la fonderie TSMC et le fabricant de puces américain Intel Corp. dans le but d'obtenir des subventions du gouvernement américain, qui a proposé 50 milliards de dollars de subventions pour la fabrication de puces et la recherche afin de reconstruire la capacité de production de puces nationale.

Samsung a été la seule entreprise sud-coréenne à se joindre à une réunion en ligne de la Maison-Blanche le mois dernier pour discuter de la pénurie mondiale de semi-conducteurs, et son chef du segment fonderie devrait assister à une réunion virtuelle qui sera organisée par la secrétaire américaine au Commerce Gina Raimondo plus tard dans la journée.

Usine de fabrication de puces mémoire de Samsung à Austin. (Photo fournie par Samsung Electronics. Revente et archivage interdits)

La semaine dernière, le groupe Hyundai Motor, le principal groupe automobile de Corée du Sud, a annoncé qu'il investirait 8.100 milliards de wons aux Etats-Unis d'ici 2025 pour produire des véhicules électriques, et il devrait dévoiler davantage ses plans lors du voyage de Kong aux Etats-Unis.

Le cinquième groupe automobile mondial en termes de ventes a déclaré que son unité phare, Hyundai Motor Co. et sa filiale Kia Corp., construiraient des VE de fabrication américaine à partir de l'année prochaine afin d'exploiter davantage ce marché en pleine expansion, ce qui aidera ses véhicules à être éligibles aux subventions et incitations fiscales.

Hyundai, qui a lancé sa première Ioniq 5 entièrement électrique, possède une usine en Alabama, et Kia, qui s'apprête à mettre sur le marché son premier modèle électrique EV6, exploite une ligne de production en Géorgie.

Les batteries lithium-ion étant un élément clé des VE, LG Energy Solution Ltd. et SK Innovation Co., les deux pionniers du segment, devraient élaborer des plans d'affaires plus concrets visant à augmenter leur capacité de production après s'être entendu pour mettre fin à un conflit de deux ans le mois dernier.

Le compromis, intervenu juste avant la date limite du 11 avril pour une interdiction d'importation de 10 ans à l'encontre de SK Innovation, a levé la pierre d'achoppement pour son usine de 2,6 milliards de dollars en Géorgie, qui était en construction pour fournir des batteries VE à Ford Motor et Volkswagen à partir de l'année prochaine.

En mars, LG Energy, une filiale à 100% de LG Chem Ltd., a annoncé son intention d'investir 5.000 milliards de wons d'ici 2025 pour augmenter sa capacité de fabrication aux Etats-Unis à 75 gigawattheures (GWh) et aider à créer 10.000 emplois.

Une usine de batteries de véhicules électriques d'Ultium Cells, une coentreprise entre LG Energy Solution Ltd. et General Motors Corp., est en construction dans l'Ohio, aux Etats-Unis, sur cette photo fournie par LG Energy le 14 mai 2021.

LG Energy exploite une usine de batteries lithium-ion dans le Michigan et en construit une nouvelle dans l'Ohio par le biais de sa coentreprise avec le constructeur automobile américain General Motors, Ultium Cells, qui sera achevée en 2022.

Plus récemment, sa coentreprise a annoncé un plan d'investissement de 2,3 milliards de dollars pour bâtir une deuxième usine de batteries VE dans le Tennessee.

Les observateurs du secteur surveillent de près LG Energy pour savoir si elle donnera plus de détails sur son investissement ou sur les sites potentiels pour de nouvelles usines lors de la visite de son PDG aux Etats-Unis.

Son plus petit rival SK Innovation devrait annoncer plus tard dans la journée la formation d'une coentreprise de batteries avec le constructeur automobile américain Ford Motor Co. pour assurer un approvisionnement stable en batteries VE, ont fait savoir des sources proches du dossier.

Maintenant que le risque juridique est éliminé, SK Innovation peut achever la construction de son usine de batteries en Géorgie plus tard cette année et poursuivre son projet d'ouvrir une deuxième usine voisine en 2023.

Alors que Moon et le président de SK prévoient de se rendre dans l'usine de Géorgie lors de leur visite aux Etats-Unis plus tard cette semaine, certains observateurs du marché ont émis l'hypothèse que SK Innovation pourrait dévoiler son intention de doubler la capacité de son usine de Géorgie dans le but de répondre à la demande croissante de batteries pour véhicules électriques.

L'usine de batteries pour véhicules électriques de SK Innovation Co. est en construction dans l'Etat américain de Géorgie sur cette photo fournie par le fabricant coréen de batteries, le 16 février 2021. (Revente et archivage interdits)

Alors que les propositions des entreprises coréennes devraient aider à reconstruire la chaîne d'approvisionnement américaine dans le secteur technologique clé et à créer des emplois, leurs plans de délocalisation ont suscité des inquiétudes parmi leurs syndicats et les observateurs de l'industrie face à une réduction potentielle des investissements sur le territoire national.

Lundi, le syndicat de Hyundai Motor a critiqué la direction pour avoir dévoilé le plan d'investissement américain massif avant le sommet bilatéral sans suffisamment de consultations avec les employés, appelant à davantage d'investissements sur le sol national.

«Il y a tellement de problèmes dans les chaînes de production à l'étranger en raison des difficultés d'approvisionnement en pièces détachées à l'ère de la pandémie. L'entreprise devrait augmenter sa capacité de production nationale pour des produits de grande valeur», a mis en avant le syndicat dans un communiqué. «Nous avons besoin de nouvelles relations de travail pour développer de nouvelles technologies et protéger la sécurité de l'emploi face à un paysage industriel en évolution rapide.»

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page