Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul développera des plates-formes de lancement spatial

Actualités 31.05.2021 à 14h12
L'armée sud-coréenne a déclaré le vendredi 15 septembre 2017 avoir effectué un exercice de tirs de missiles balistiques Hyunmoo-2, en réponse à un lancement de missile de la Corée du Nord plus tôt dans la journée. (Photo fournie par l'armée de terre. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 31 mai (Yonhap) -- La Corée du Sud cherchera à développer différentes plates-formes en vue de lancer divers véhicules lanceurs spatiaux depuis l'air et la mer, a annoncé ce lundi le ministère de la Défense, après que les Etats-Unis ont levé toutes les restrictions sur les missiles du pays.

Plus tôt ce mois-ci, la Corée du Sud et les Etats-Unis ont annoncé leur décision d'abolir les directives bilatérales de 1979 interdisant à Séoul de développer ou posséder des missiles dont la portée est supérieure à 800 km.

«Dans le but de renforcer nos capacité de défense suite à la fin des directives sur les missiles, nous complèterons et développerons nos systèmes militaires. Nous développerons aussi diverses plates-formes qui utilisent des véhicules lanceurs spatiaux dans l'air et dans la mer», a déclaré le ministère dans un rapport soumis à l'Assemblée nationale.

Les nouveaux moyens de lancer des fusées spatiales pourraient inclure l'utilisation d'aéronefs et de vaisseaux, selon des officiels.

«Nous continuerons de nous conformer au régime international de non-prolifération même après la fin des directives», a précisé le ministère.

La levée des directives sur les missiles est considérée par les détracteurs comme faisant partie de la stratégie américaine destinée à contrer la Chine. Séoul a pour sa part déclaré son intention de maintenir une communication étroite avec Pékin et la Chine n'a pas réagi à ce propos.

Cela dit, la Corée du Nord a critiqué ce matin cette décision, en la décrivant comme un «rappel flagrant» de la politique hostile des Etats-Unis à son encontre.

A propos des exercices conjoints avec les Etats-Unis, le ministère de la Défense a indiqué que les deux parties poursuivaient des consultations étroites sur la question.

«Les autorités de défense sud-coréennes et américaines ont organisé les exercices conjoints avec le principe de maintenir une posture de préparation conjointe ferme. Concernant l'exercice du deuxième semestre de l'année, nous sommes en train de discuter étroitement en prenant en considération les circonstances liées de manière globale», indiqué le rapport.

Les facteurs à tenir en compte incluent la situation liée au nouveau coronavirus (Covid-19), le maintien de leur posture de combat, le transfert du contrôle opérationnel (OPCON) en temps de guerre et les efforts diplomatiques visant à soutenir la dénucléarisation de la péninsule coréenne, selon le rapport.

Plus tôt ce mois-ci, le président Moon Jae-in a déclaré qu'il y avait une faible possibilité de voir une manœuvre de grande envergure sur le terrain se dérouler dans un avenir proche à cause de la pandémie.

Le porte-parole du ministère de la Défense Boo Seung-chan a dit que l'exercice d'été devrait se tenir sous la forme d'un exercice de poste de commandement simulé par ordinateur et ne pas inclure de manœuvre en plein air.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page