Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Pyongyang estime que la levée des directives sur les missiles prouve l'hostilité des Etats-Unis

Corée du Nord 31.05.2021 à 15h36
Le leader nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Joe Biden (Photomontage)

SEOUL, 31 mai (Yonhap) -- Concernant la fin des restrictions sur le développement des missiles balistiques sud-coréens, la Corée du Nord a réagi pour la première fois ce lundi en estimant que c'est un rappel flagrant de la «politique hostile» des Etats-Unis et de leur «double jeu», d'après un rapport publié par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Depuis le sommet entre le président Moon Jae-in et son homologue américain Joe Biden le 21 mai dernier, la Corée du Nord avait maintenu le silence sur cette levée des directives sur les missiles. Aujourd'hui, un article signé par Kim Myong-chol, critique des affaires internationales, a été rapporté par la KCNA.

«Le pas vers la levée (des directives) est un rappel flagrant de la politique d'hostilité des Etats-Unis et du double jeu honteux», a rapporté la KCNA en ajoutant que «beaucoup de pays comprennent maintenant que la politique clé des Etats-Unis vis-à-vis de la RPDC (République populaire démocratique de Corée) intitulée ''approche pragmatique'' et ''flexibilité maximum'' et élaborée avec beaucoup d'efforts par l'administration Joe Biden est simplement une tricherie».

Kim a également noté que «la fin des directives sur les missiles démontre clairement qui est derrière cette escalade des tensions sur la péninsule coréenne». Il a ajouté que «comme les autorités américaines et sud-coréennes ont clairement affiché leur ambition d'agression, ils n'ont aucune raison de critiquer la RPDC pour renforcer ses capacités d'autodéfense».

«L'acte des Etats-Unis de donner carte blanche à la conception de missiles signifie le déclenchement d'une course à l'armement sur la péninsule coréenne et dans son entourage ainsi que la surveillance du développement de la RPDC», a rapporté l'agence nord-coréenne.

Avant la tenue du sommet entre Moon et Biden, les Etats-Unis ont finalisé l'examen de leur politique envers la Corée du Nord en déclarant une «approche calibrée et pratique» avec le déploiement de moyens diplomatiques.

Sur ce point précis, la Corée du Nord a critiqué cette levée des directives sur les missiles en disant que «les Etats-Unis ont obstinément revendiqué que les mesures prises par la RPDC pour l'autodéfense étaient une violation des ''résolutions'' de l'ONU, tout en permettant à leurs alliés un droit illimité pour le développement de missiles», en ajoutant qu'«il s'agit d'un esprit de confrontation malgré leurs belles paroles pour un dialogue».

«C'est une grave erreur de faire pression sur la RPDC en créant un déséquilibre asymétrique dans la péninsule coréenne et son entourage, ce qui entraînera aussi la péninsule, techniquement en état de guerre, dans une situation grave et instable», a indiqué l'article.

Il a ajouté que «la cible de la RPDC n'est pas l'armée de la ROK (république de Corée) mais les Etats-Unis», en poursuivant que «le calcul des Etats-Unis pour atteindre son objectif hégémonique d'utiliser la Corée du Sud est complètement idiot». L'article a conclu que «nous allons faire face aux Etats-Unis avec le principe de la force pour la force».

En plus de cette menace contre les Etats-Unis, la Corée du Nord a également critiqué le président Moon en l'appelant «chef de l'exécutif» de la Corée du Sud. L'article a noté que Moon a «placé les pays voisins de la région dans le collimateur», en ajoutant que «ce qui est dégoûtant, c'est son acte indécent de chercher des réactions ici ou là avec un sentiment de culpabilité de ce qu'il a fait».

Ces propos de la Corée du Nord semblent viser les paroles prononcées par Moon lors de la conférence de presse conjointe après le sommet avec Biden, «je transmets avec l'esprit heureux le fait que les directives sur les missiles ont pris fin».

L'article, qui semblait viser les Etats-Unis, a été publié uniquement en anglais à 8h ce lundi par la KCNA, alors que la version en coréen n'a pas encore été rendue publique.

Comme cette réaction a été émise par un critique des affaires internationales et non par un haut officiel ou un porte-parole du gouvernement, la Corée du Nord aurait cherché à ajuster le ton après la décision des Etats-Unis ouvrant la voie à Séoul pour concevoir des missiles balistiques d'une portée supérieure à 800 km.

Face à cette réaction du Nord, Lee Jong-ju, la porte-parole du ministère de l'Unification de Séoul, a affiché une position discrète en disant qu'«il n'est pas approprié de faire un commentaire sur un article d'une personne privée». Elle a également estimé que «ce n'est pas un article publié par un officiel».

Le porte-parole du ministère de la Défense, Boo Seung-chan, a partagé la même position discrète en disant que «nous surveillons les réactions nord-coréennes avec discrétion».

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page