Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La Corée du Sud lève le voile sur sa fusée spatiale Nuri

Science/Tech 01.06.2021 à 15h01

SEOUL, 01 juin (Yonhap) -- La Corée du Sud a dévoilé ce mardi un exemplaire de sa fusée spatiale élaborée avec ses propres technologies pour la première fois depuis que le pays a lancé son développement en 2010 alors qu'elle effectue les dernières procédures de test avant son lancement plus tard cette année.

Pas de tir à Naro

Le gouvernement a alloué 2.000 milliards de wons (1,8 milliard de dollars) en vue de développer son premier véhicule lanceur spatial, baptisé Nuri, et ambitionne de le lancer en octobre prochain. En 2013, la Corée du Sud a lancé avec succès sa première fusée spatiale Nuri, même si son premier étage a été construit par la Russie.

Un prototype certifié de la fusée Nuri a été transporté et érigé sur la rampe de lancement au centre spatial Naro à Goheung, à 473 km au sud de Séoul, et subira un test pendant un mois, selon le ministère.

Le test couvrira différentes procédures comme le remplissage des réservoirs de carburant de la fusée et la séparation de la rampe de lancement qui a été aussi développée grâce à la technologie sud-coréenne.

Le modèle réel de la fusée à trois étages qui sera utilisé pour le lancement est en train d'être construit.

Le ministère de la Science et des TIC a indiqué que le troisième étage de la fusée a été monté alors que les deux autres étages sont en cours de construction.

Le dernier test intervient après que le pays a effectué le test de combustion des principaux moteurs du premier étage en mars dernier.

La fusée Nuri utilise quatre moteurs à propulsion liquide de 75 tonnes au premier étage, un moteur à liquide de 75 tonnes au deuxième étage et un moteur à liquide de 7 tonnes au troisième étage.

La fusée de 200 tonnes transportera une charge utile fictive lors de son lancement en octobre avant sa mission consistant à voler avec à son bord un satellite de 200 kilogrammes en mai prochain.

La Corée du Sud, qui s'est lancée dans la course à l'espace relativement tardivement, renforce ses efforts dans son programme spatial dans la perspective de lancer son premier orbiteur lunaire l'année prochaine.

Le programme de développement de fusée avait été restreint par les directives sur les missiles des Etats-Unis, mises en place en 1979. Les deux pays sont cependant convenus d'abolir les restrictions lors d'un sommet tenu le mois dernier en garantissant une autonomie totale dans les efforts sud-coréens visant à développer des véhicules lanceurs spatiaux.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page