Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Dokdo : VANK fabrique une affiche critiquant le CIO pour ne pas réagir à une carte des JO de Tokyo

Actualités 04.06.2021 à 09h43
Affiche en anglais de VANK critiquant le CIO. (Photo fournie par VANK. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 04 juin (Yonhap) -- Voluntary Agency Network of Korea (VANK), une organisation non gouvernementale basée à Séoul et visant à faire la promotion dans le monde de la Corée du Sud et de son histoire en ligne, a fabriqué des affiches en coréen et en anglais pour critiquer le Comité international olympique (CIO) qui ne fait aucun effort pour prendre des mesures contre le Japon qui décrit les îlots de Dokdo comme faisant partie de son territoire sur une carte postée sur le site Internet des Jeux olympiques de Tokyo pour montrer l'itinéraire du relais de la flamme.

L'affiche, intitulée «Est-ce que le CIO est une marionnette du gouvernement japonais ?», a été postée sur le compte d'un réseau social de l'organisation. Elle a également présenté l'adresse de la pétition mondiale pour critiquer la passivité du CIO : maywespeak.com/ioc.

Le Japon rejette les appels croissants de la Corée du Sud pour sa révision sur fond de préoccupations selon lesquelles l'ajout de ces îlots pourrait porter atteinte à l'esprit olympique en faveur de la paix et de la neutralité politique.

Le CIO décline toute responsabilité en disant «demandez (cette question) au gouvernement japonais». Un total de 132 députés sud-coréens ont également proposé jeudi une résolution dénonçant l'acte du gouvernement japonais.

Avec la distribution de l'affiche, VANK a aussi envoyé une lettre au président du CIO, Thomas Bach, pour l'exhorter à demander officiellement au gouvernement japonais de supprimer Dokdo de la carte comme cela a été fait lors des JO de PyeongChang 2018.

Le CIO avait recommandé au gouvernement sud-coréen d'enlever Dokdo du drapeau de l'unification des JO de PyeongChang à la demande du Japon et la Corée du Sud avait accepté.

«A l'époque, le CIO a demandé de supprimer (Dokdo) en disant que c'est une action portant atteinte à l'esprit olympique, mais maintenant il ferme les yeux sur l'action provocatrice du gouvernement japonais», a déclaré le président de VANK, Park Ki-tae.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page