Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Eaux contaminées de Fukushima : les contrôles de radioactivité seront étendus à d'autres zones littorales

National 11.06.2021 à 16h52
Le ministre des Océans et de la Pêche Moon Seong-hyeok dans un institut rattaché à la Société coréenne de gestion de l'environnement marin (KOEM) à Busan le vendredi 11 juin 2021.

BUSAN, 11 juin (Yonhap) -- La Société coréenne de gestion de l'environnement marin (KOEM) a annoncé ce vendredi son plan de mesurer la présence des substances radioactives à un plus grand nombre de zones littorales l'année prochaine alors que le gouvernement japonais projette de déverser en mer des eaux radioactives de la centrale nucléaire de Fukushima.

Le nombre de points de contrôle passera de 39 cette année à 45 l'année prochaine, notamment dans les zones littorales susceptibles d'être influencées par les courants marins passant le long des côtes méridionales, notamment au large de Jeju, Busan et des provinces du Gyeongsang du Nord et du Sud. La fréquence sera également accrue à six fois par an au lieu de quatre actuellement.

Le gouvernement japonais a décidé le 13 avril dernier de commencer à déverser progressivement dans l'océan Pacifique, d'ici deux ans, plus de 1,2 million de tonnes d'eau radioactive stockée dans des réservoirs, malgré l'opposition de l'industrie de la pêche locale et des pays voisins. Même si les eaux sont filtrées avec le système avancé de traitement des liquides (ALPS), elles peuvent toujours contenir du tritium, selon le résultat d'une simulation.

Lors d'une visite aujourd'hui dans un institut rattaché à la KOEM à Busan, le ministre des Océans et de la Pêche Moon Seong-hyeok a reçu un compte rendu et demandé des préparations minutieuses face au plan japonais.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page