Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(FOCUS) L'ascension d'un outsider à la tête du PPP reflète la frustration des jeunes électeurs vis-à-vis de l'establishment politique

National 11.06.2021 à 19h19

SEOUL, 11 juin (Yonhap) -- L'ascension sensationnelle à la tête du principal parti d'opposition de Lee Jun-seok, un homme de 36 ans qui s'est lancé dans la course au parti en tant qu'outsider, reflète la frustration des jeunes électeurs à l'égard de l'establishment politique et leurs appels au changement, ont déclaré des experts ce vendredi.

Ce jeune politicien diplômé de Harvard, qui n'est pas député, est entré dans l'histoire en remportant l'élection à la tête du Parti du pouvoir du peuple (PPP), le plus grand parti conservateur de Corée du Sud.

Lee a battu quatre rivaux chevronnés, dont deux anciens dirigeants du parti, Na Kyung-won et le député Ju Ho-young, pour devenir le plus jeune politicien à diriger un grand parti politique en Corée du Sud.

La victoire surprise de Lee est un signal d'alarme non seulement pour son propre parti conservateur, longtemps dominé par l'establishment politique, mais aussi pour le Parti démocrate (PD) au pouvoir, qui craint que cet événement ne soit le signe d'un changement majeur de l'opinion publique avant l'élection présidentielle de mars prochain.

«Il s'agit d'une fusée éclairante lancée par les gens qui espèrent un changement global dans l'arène politique», a déclaré Kim Hyung-joon, professeur de politique à l'université Myongji de Séoul.

Lee Jun-seok (à gauche) éclate de joie après avoir remporté l'élection à la direction du Parti du pouvoir du peuple le 11 juin 2021, devenant ainsi le plus jeune chef du parti.
Lee Jun-seok prononce un discours après avoir remporté l'élection à la direction du Parti du pouvoir du peuple le 11 juin 2021, devenant ainsi le plus jeune chef du parti.

Le professeur a souligné que le phénomène a mis en évidence la frustration et la rage des jeunes générations à l'égard de la politique traditionnelle, accusée d'être responsable de l'aggravation des maux sociaux, tels que la disparité croissante entre les riches et les pauvres et la montée en flèche des prix de l'immobilier, qui ont porté un coup dur aux jeunes.

Le mécontentement des jeunes électeurs âgés de 20 à 30 ans s'est fait entendre haut et fort lors des précédentes élections partielles des maires de Séoul et Busan en avril.

Après avoir remporté une large victoire aux élections législatives de l'année dernière, le PD a subi une défaite écrasante lors des élections partielles, car les jeunes électeurs, désabusés par les politiques immobilières bâclées du parti libéral et les allégations de spéculation foncière de ses membres, ont tourné le dos au parti.

«Lesdits groupes 86 (qui sont nés dans les années 1960, sont allés à l'université dans les années 1980 et ont mené le mouvement pro-démocratique) étaient uniquement préoccupés par la sauvegarde de leurs droits acquis, comme on l'a vu dans le scandale 'Cho Kuk'», a déclaré un responsable du PD sous couvert d'anonymat. «Maintenant, le PD a perdu son avance en matière d'innovation au profit du PPP».

Le scandale impliquant l'ancien ministre de la justice Cho Kuk, qui est accusé d'avoir falsifié des documents académiques avec sa femme pour faire admettre leur fille dans une école de médecine, a été considéré comme une raison majeure du mécontentement des jeunes électeurs envers le parti au pouvoir.

Lee, quant à lui, ne s'est pas privé de parler dans l'intérêt des jeunes, en particulier des électeurs masculins, et a fait campagne contre les mesures d'action positive que son parti et la société prennent pour les femmes.

«(Le PPP) s'est affranchi du préjugé selon lequel son électorat principal est constitué de la vieille génération têtue et arrogante et a choisi un chef de parti dans la trentaine. C'est très significatif», a déclaré un député du PPP à l'agence de presse Yonhap.

La victoire de Lee devrait soulever la question majeure pour le bloc au pouvoir et l'opposition de la façon de gagner les votes des jeunes électeurs dans la perspective de l'élection présidentielle de l'année prochaine.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page