Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

L'exposition de la «statue de la Paix» s'ouvrira à Tokyo comme prévu

International 18.06.2021 à 16h22

TOKYO, 18 juin (Yonhap) -- Les organisateurs d'une exposition présentant une statue symbolisant l'esclavage sexuel du Japon de femmes originaires de Corée et d'ailleurs en Asie ont déclaré ce vendredi qu'ils poursuivraient l'événement comme prévu malgré l'opposition de militants japonais de droite.

L'exposition, qui doit avoir lieu du 25 juin au 4 juillet, était sur le point d'être annulée après que des manifestants ont utilisé des haut-parleurs et des voitures pour perturber l'événement et contraint les organisateurs à changer de lieu d'exposition.

Sans donner de détails sur le nouvel emplacement, invoquant des problèmes de sécurité, les organisateurs ont déclaré qu'ils en avaient obtenu un autre et donneraient le coup d'envoi de l'exposition comme prévu. Le lieu sera annoncé avant l'événement, ont-ils ajouté.

Des œuvres d'art qui avaient été présentées à l'exposition «After "Freedom of Expression?"» dans le cadre de la Triennale d'Aichi 2019 à Nagoya au Japon, il y a deux ans seront montrées. L'exposition avait été temporairement interrompue suite à des menaces de groupes politiques de droite.

L'événement se tiendra également dans les villes japonaises de Nagoya du 6 au 11 juillet et d'Osaka du 16 au 18 juillet prochain.

Selon les historiens, jusqu'à 200.000 femmes, pour la plupart coréennes, ont été contraintes à la servitude sexuelle dans des bordels militaires japonais pendant la guerre, lorsque la péninsule coréenne était sous le joug colonial du Japon.

Une statue représentant une femme de réconfort qui a été retirée d'une exposition de la Triennale d'Aichi 2019 à Nagoya, au Japon.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page