Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

A un mois des JO de Tokyo, les athlètes sud-coréens cherchent à prolonger leurs bons résultats

Actualités 21.06.2021 à 11h44

SEOUL, 21 juin (Yonhap) -- Chaque jour qui passe, la pression des organisateurs locaux et du Comité international olympique (CIO) pour organiser les Jeux olympiques d'été de Tokyo semble s'accentuer, pandémie mondiale ou non. La question ne semble plus être «si» mais «comment» les JO auront lieu.

Des escrimeurs sud-coréens s'entraînent au Centre national d'entraînement de Jincheon, à 90 kilomètres au sud de Séoul, le 14 avril 2021.

Des escrimeurs sud-coréens s'entraînent au Centre national d'entraînement de Jincheon, à 90 kilomètres au sud de Séoul, le 14 avril 2021.

La 32e édition des Jeux olympiques d'été a dû être reportée d'un an en raison de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19), et l'événement prévu du 23 juillet au 8 août constituera les premiers JO à avoir lieu une année impaire. Le compte à rebours atteindra 30 jours mercredi.

Dans ce contexte, les athlètes sud-coréens, vaccinés et impatients de concourir après un an de retard, tenteront de prolonger les bonnes performances du pays aux JO d'été.

La Corée du Sud s'est classée dans le Top 10 du classement des médailles à chacune des quatre dernières compétitions, une séquence qui a commencé à Athènes en 2004.

Le pays du Matin-Clair a atteint son record de 13 médailles d'or à Pékin en 2008 et l'a égalé quatre ans plus tard à Londres. En 2016, le pays a décroché neuf médailles d'or pour se classer huitième à Rio de Janeiro.

Selon le Comité sportif et olympique coréen (KSOC), 196 athlètes sud-coréens dans 25 sports avaient obtenu leur ticket pour les JO vendredi dernier.

Le champion de taekwondo sud-coréen Lee Dae-hoon (à g.) s'entraîne au Centre national d'entraînement de Jincheon, à 90 kilomètres au sud de Séoul, le 14 avril 2021.

Le champion de taekwondo sud-coréen Lee Dae-hoon (à g.) s'entraîne au Centre national d'entraînement de Jincheon, à 90 kilomètres au sud de Séoul, le 14 avril 2021.

L'objectif déclaré du KSOC est de remporter sept médailles d'or, 11 d'argent et 14 de bronze, ce qui, selon lui, devrait être suffisant pour terminer dans le Top 10.

En avril, la société américaine d'analyse de données sportives Gracenote a pronostiqué que la Corée du Sud remporterait neuf médailles d'or, 10 d'argent et six de bronze pour se classer au 10e rang du classement.

Certaines médailles d'or pourraient arriver tôt dans la compétition, dès le lendemain de la cérémonie d'ouverture du 23 juillet.

Le 24 juillet, la nouvelle épreuve par équipes mixtes de tir à l'arc délivrera ses médailles. Cette discipline voit depuis longtemps la Corée du Sud exceller. En 2016, le pays a remporté les quatre médailles d'or en jeu, aux épreuves individuelles masculine et féminine, et aux épreuves par équipes masculines et féminines.

Egalement ce jour-là, la compétition de taekwondo débutera, en commençant par les catégories de poids les plus légères pour les hommes et les femmes.

L'archère sud-coréenne Kang Chae-young participe aux essais olympiques sur le terrain de tir à l'arc de Wonju, à 130 kilomètres à l'est de Séoul, le 23 avril 2021.

L'archère sud-coréenne Kang Chae-young participe aux essais olympiques sur le terrain de tir à l'arc de Wonju, à 130 kilomètres à l'est de Séoul, le 23 avril 2021.

Chez les hommes de 58kg, Jang Jun est un grand favori pour la médaille d'or. Il est le champion du monde 2019 dans cette catégorie et a remporté une poignée de médailles au Grand Prix de la Fédération mondiale de taekwondo (WT) en 2018 et 2019.

Du côté des femmes, Sim Jae-young est la double championne du monde en titre dans l'épreuve des 46kg et visera sa première médaille olympique dans la catégorie des 49kg.

La Corée du Sud comptera six athlètes au total en taekwondo, une première aux JO, et visera au moins deux médailles d'or. Lee Dae-hoon, qui a remporté une médaille d'argent à Londres et une médaille de bronze à Rio de Janeiro, poursuivra cette insaisissable médaille d'or dans la catégorie masculine des 68kg le 25 juillet.

La compétition de tir à l'arc viendra ensuite avec l'épreuve féminine par équipes le 25 juillet. La Corée du Sud a raflé toutes les médailles d'or en tir à l'arc féminin depuis 1988 à Séoul, et le numéro un mondial Kang Chae-young dirigera les efforts afin de rester au sommet mondial.

En escrime, la Corée du Sud est numéro un mondiale dans la catégorie sabre masculin par équipes, et Oh Sang-uk domine le classement mondial individuel au sabre.

Oh participera à l'épreuve individuelle le 24 juillet, ouvrant la voie à pas moins de quatre médailles d'or pour la Corée du Sud ce jour-là.

En golf féminin, Park In-bee tentera de défendre sa médaille d'or. Les places olympiques finales seront déterminées sur la base des classements mondiaux à la fin du mois de juin. Mais Park, solidement ancré en deuxième position derrière sa compatriote Ko Jin-young, devrait à coup sûr se qualifier pour ses deuxièmes Jeux olympiques consécutifs. Kim Sei-young et Kim Hyo-joo complèteront le quatuor sud-coréen à Tokyo. Toutes les quatre ont remporté des titres majeurs de la LPGA et sont habituées à la pression des grands événements.

La Corée du Sud est la championne olympique en titre de baseball, bien que cette médaille d'or ait été remportée il y a 13 ans à Pékin. Le baseball a été retiré des JO par la suite, mais sera de retour cet été. Le pays hôte est également une fière nation de baseball et mettra tout en œuvre pour empêcher la Corée du Sud de remporter à nouveau l'or.

Jun Woong-tae est un sérieux prétendant à une médaille dans le pentathlon moderne. Le pays n'a jamais obtenu de médaillé olympique dans ce sport, et Jun, quadruple champion du monde et médaillé d'or aux Jeux asiatiques de 2018, représente le meilleur espoir à ce jour.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page