Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Unité Cheonghae : l'opération de rapatriement de tous les soldats a débuté

Actualités 19.07.2021 à 16h19
Les soldats remplaçants de l'unité Cheonghae embarquent dans un avion raviatailleur (KC-330), le dimanche 18 juillet 2021, sur la piste du 5e Escadron des mouvements aériens de l'armée de l'air. (Photo fournie par le ministère de la Défense. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 19 juil. (Yonhap) -- L'unité Cheonghae, actuellement au large de l'Afrique de l'Est pour une mission anti-piraterie, a rapporté un cumul de 247 soldats infectés par le nouveau coronavirus (Covid-19) parmi les 301 soldats à bord du destroyer Munmu le Grand, selon l'annonce des autorités militaires ce lundi.

D'après le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS), le nombre de cas confirmés était de 247 à 8h ce lundi matin, soit 82% de la totalité des marins à bord. Quelque 50 marins ont été testés négatifs tandis que les résulats sont impossibles à confirmer pour quatre.

Il s'agit d'une situation sans précédent au sein d'une unité militaire. Deux avions ravitailleurs KC-330 ont été envoyés pour le rapatriement de tous les marins à bord du destroyer. Ils devaient arriver vers 13h40 (heure de Séoul). Ces soldats seront rapidement rapatriés en Corée du Sud pour les traitements nécessaires.

A l'heure actuelle, l'un des deux avions a atterri dans un aéroport d'un pays africain proche du port où le destroyer Munmu le Grand est amarré alors que l'autre arrivera très prochainement. La totalité des marins à bord du destroyer seront rapatriés cet après-midi (heure de Séoul) pour une arrivée à l'aéroport de Séoul demain très tard.

Un responsable des autorités militaires a indiqué qu'un centre de soins médicaux était en préparation pour les soldats infectés ainsi qu'un centre d'isolement.

Les deux avions ravitailleurs ont décollé hier en transportant un contingent de 148 marins avec l'objectif de reprendre le contrôle du destroyer pour le ramener en Corée du Sud avec 39 soldats de l'armée de l'air et 13 membres du personnel médical. Tous les 200 soldats de l'équipe de la mission spéciale ont été vaccinés avec deux doses.

C'est la première fois qu'un contingent militaire déployé à l'étranger reçoit l'ordre d'un retrait total à cause d'une maladie contagieuse. Avec ces infections de masse sur un destroyer en mission à l'étranger, les critiques apparaissent sur la mauvaise réaction contre la propagation du Covid-19 à bord du navire.

D'après des informations recueillies, un marin avait des symptômes de rhume lorsque le destroyer était amarré dans un port de ravitaillement du 28 juin au 1er juillet, mais aucun test de dépistage n'a eu lieu.

Quelques dizaines de marins ont eu les mêmes symptômes une semaine après l'escale, mais le commandement du destroyer a fait passer à ces marins des tests de dépistage rapide contre le Covid-19 au lieu de tests PCR, dont les résultats ont tous été négatifs. Après avoir envoyé six échantillons de tests PCR vers un pays africain proche du destroyer, les infections ont été confirmées et, aujourd'hui, la part des marins contaminés a atteint 82%.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page