Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Covid-19 : retour en Corée du Sud de l'unité Cheonghae

Actualités 20.07.2021 à 19h46

SEOUL, 20 juil. (Yonhap) -- Les membres de l'unité navale sud-coréenne Cheonghae, touchée par le nouveau coronavirus, sont rentrés d'Afrique ce mardi, a indiqué le ministère de la Défense, après avoir interrompu leur mission de lutte contre la piraterie à la suite d'une épidémie sans précédent qui a infecté 247, soit 82%, des 301 membres de l'unité.

L'un des deux avions KC-330 Cygnus envoyés pour transporter l'ensemble des troupes est arrivé à une base aérienne située au sud de Séoul à 17h30, transportant environ la moitié d'entre elles. Le deuxième avion transportant le reste devait également arriver prochainement, selon le ministère.

Un pétrolier aérien multirôle KC-330 arrive sur une base aérienne de Seongnam, au sud de Séoul, le mardi 20 juillet 2021, transportant des membres de l'unité anti-piraterie Cheonghae, dont des centaines de membres ont été testés positifs pour le nouveau coronavirus.

«Quatorze personnes, dont trois présentant des symptômes modérés, seront transférées dans des établissements médicaux», a indiqué le ministère dans un communiqué.

A l'aéroport, des bus et des ambulances étaient prêts à transférer les membres vers des hôpitaux militaires et des centres de traitement où ils passeront d'autres tests de dépistage.

Le ministre de la Défense Suh Wook et d'autres hauts responsables militaires étaient présents à l'aéroport pour recevoir les troupes.

Les personnes testées positives recevront un traitement tandis que celles dont le test est négatif seront transférées dans les installations de quarantaine de l'armée, a indiqué le ministère.

Des membres de l'équipe de la mission de rapatriement des membres d'équipage affiliés à l'unité anti-piraterie Cheonghae, où des centaines de marins ont été testés positifs au nouveau coronavirus, embarquent à bord du destroyer Munmu le Grand en Afrique, le lundi 19 juillet 2021. (Photo fournie par le ministère de la Défense. Revente et archivage interdits)

Six cas ont été identifiés pour la première fois jeudi et des tests ultérieurs sur tous les membres ont confirmé l'épidémie ayant sévi sur le destroyer Munmu le Grand de 4.400 tonnes. Une mauvaise gestion du début de l'épidémie a été mise en cause, comme le fait de n'avoir donné que des médicaments contre le rhume à un marin qui a développé les premiers symptômes au début du mois.

Le nombre d'infections pourrait encore augmenter compte tenu de la période d'incubation du virus. L'armée a déclaré précédemment que 50 personnes avaient testé négatives et que les échantillons de quatre personnes étaient inexploitables.

Aucun des soldats n'avait été vacciné car ils avaient quitté la Corée du Sud début février, juste avant que le pays ne commence sa campagne d'inoculation.

Le ministre de la Défense, Suh Wook, a présenté des excuses plus tôt dans la journée, admettant l'insuffisance des efforts déployés pour vacciner les marins.

Le ministre de la Défense Suh Wook s'incline devant la caméra afin de présenter des excuses sur les contatminations de masse au sein de l'unité Cheonghae, le mardi 20 juillet 2021. (Image capturée de Yonhap News TV. Revente et archivage interdits)

«En tant que ministre de la défense, je ressens une lourde responsabilité et je présente mes profondes excuses aux membres de l'unité Cheonghae, à leurs familles et au public», a-t-il déclaré.

Leur destroyer sera piloté par une équipe d'environ 150 marins qui se sont rendus sur place à bord des avions dépêchés sur place.

Le retour du 34e contingent est en avance d'environ un mois sur le calendrier initial. Il s'agit du premier retour anticipé d'un contingent depuis le premier déploiement de l'unité en 2009.

Les troupes, chargées de lutter contre la piraterie dans le golfe d'Aden, au large de la Somalie et autour du détroit d'Ormuz, sont relevées tous les six mois.

Un contingent de remplacement est arrivé dans la zone de mission et a commencé ses opérations, selon des responsables. La plupart des membres du nouveau contingent ont reçu des vaccins contre le Covid-19 avant leur départ.

Il s'agit du plus grand foyer d'infections jamais enregistré parmi les membres des forces armées. L'armée a signalé son premier cas de nouveau coronavirus en février de l'année dernière.

Les infections semblent avoir commencé après que le mouillage du navire dans un port africain du 28 juin au 1er juillet.

Un marin a présenté les symptômes d'un rhume un jour après que le destroyer a quitté le port. Il s'est avéré qu'il n'avait reçu qu'un médicament contre le rhume, sans avoir passé de test de dépistage.

Le ministère de la Défense a déclaré que l'unité ne bénéficiait pas des vaccins fournis au personnel des Nations unies lors des missions de maintien de la paix, car elle fait partie d'une force d'intervention multinationale distincte.

Le ministère a également indiqué que le pays où l'unité Cheonghae fait souvent escale n'autorise pas la vaccination du personnel militaire étranger.

Néanmoins, le président Moon Jae-in a déclaré mardi qu'il était difficile pour le gouvernement d'éviter les critiques selon lesquelles les mesures prises ont été «insuffisantes», et a exhorté les responsables à traiter la question de manière approfondie.

mathieu@yna.co.kr

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page