Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul cherche une approche «globale» du développement spatial à la lumière de la diplomatie et de la sécurité nationale

Actualités 12.08.2021 à 16h57

SEOUL, 12 août (Yonhap) -- La Corée du Sud ambitionne une approche «globale» de son développement spatial à la lumière de la diplomatie, de la sécurité nationale et d'autres facteurs alors qu'elle entend approfondir son engagement sur le terrain, a déclaré ce jeudi le deuxième vice-ministre des Affaires étrangères Choi Jong-moon.

Le haut diplomate a formulé ces remarques lors d'un forum, soulignant comment la Corée du Sud, un pays au développement spatial tardif, a réussi à faire des progrès significatifs dans ce domaine au cours de la dernière décennie.

«En 2020, la Corée a investi 722 millions de dollars dans le développement spatial, ce qui représente 3,2% du budget de R&D du gouvernement, et plus de 9.000 professionnels travaillent dans l'industrie spatiale», a indiqué Choi lors du forum sur la diplomatie spatiale coorganisé par le ministère des Affaires étrangères et l'Institut sur les politiques scientifiques et technologiques (STEPI).

Choi a également mentionné la récente décision du pays d'adhérer aux accords Artemis, un accord international dirigé par les Etats-Unis pour l'exploration lunaire, à l'occasion du sommet entre le président Moon Jae-in et son homologue américain Joe Biden en mai.

«Au cours de la prochaine décennie, la Corée a l'intention d'adopter une approche plus globale du développement spatial, en élargissant son champ d'action pour inclure les perspectives de la diplomatie, de la sécurité nationale et de l'industrie, parallèlement aux avancées technologiques», a-t-il fait savoir.

Compte tenu de l'augmentation des activités liées à l'espace par de nombreux pays, Choi a également appelé à «un réexamen de la gouvernance spatiale mondiale», afin de permettre une meilleure gestion des problèmes potentiels et de favoriser «un environnement sûr et prévisible» pour tous.

«De tels défis ne peuvent être relevés par un seul pays», a-t-il souligné, appelant à une plus grande coopération internationale par le biais de la diplomatie dans l'exploration spatiale, y compris des efforts qui aideront à promouvoir les objectifs de développement durable.

Le deuxième vice-ministre des Affaires étrangères Choi Jong-moon, le 30 juillet 2021. (Photo fournie par le ministère des Affaires étrangères. Revente et archivage interdits)

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page