Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Lee Jae-yong sort de prison et présente des excuses

Actualités 13.08.2021 à 11h41
Le vice-président de Samsung Electronics Co. quitte le centre de détention de Séoul, situé à Uiwang, dans la province du Gyeonggi, le vendredi 13 août 2021, après l'annonce de sa libération conditionnelle.

UIWANG, 13 août (Yonhap) -- Le vice-président du groupe Samsung, Lee Jae-yong, qui était emprisonné pour des scandales de corruption implicant l'ex-présidente Park Geun-hye, a été libéré sous conditions ce vendredi et a présenté des excuses au peuple à la sortie du centre de détention de Séoul, situé dans la ville d'Uiwang, au sud de la capitale du pays.

Lee a déclaré en sortant que «j'ai donné de grands soucis au peuple et je présente des excuses», ajoutant que «je sais bien qu'il y a des inquiétudes, des critiques, des craintes, voire des espérances vis-à-vis de moi». Cependant, il n'a pas répondu aux questions liées aux activités du groupe Samsung, notamment les investissements dans l'industrie des semi-conducteurs.

La libération conditionnelle de Lee a eu lieu après la décision du ministère de la Justice le 9 août dernier à l'approche du jour de la Libération, le 15 août, de la colonisation japonaise (1910-1945). A cette occasion, il est de tradition pour le gouvernement d'accorder des libérations conditionnelles et des grâces présidentielles.

Mais cette libération conditionnelle ne permettra pas à Lee de retrouver ses activités en tant que patron du groupe Samsung. Cette libération sous condition impose également une surveillance.

La loi sur les peines aggravées liées aux crimes économiques spécifiques interdit aux personnes reconnues coupables de détournements de fonds ou d'abus de confiance impliquant des montants supérieurs à 500 millions de wons (436.300 dollars) de travailler pour des entreprises liées à leurs crimes ou toute institution recevant des subventions gouvernementales.

L'interdiction dure cinq ans à compter du jour où la personne concernée termine de purger sa peine d'emprisonnement. Uniquement les personnes qui ont eu l'approbation du ministre de la Justice peuvent reprendre leurs activités professionnelles. A ce propos, l'actuel ministre de la Justice Park Beom-kye a clarifié sa position en disant que «cela n'a pas été envisagé».

Malgré sa libération, Lee doit se soumettre à la justice pour d'autres procès, notamment pour la fusion controversée entre deux filiales du groupe Samsung et l'utilisation présumée de propofol, un médicament anesthésiant interdit aux particuliers.

Lee Jae-yong répond aux questions des journalistes à la sortie du centre de détention de Séoul, le vendredi 13 août 2021.
Lee Jae-yong présente des excuses lors de sa libération conditionnelle devant le centre de détention de Séoul, le vendredi 13 août 2021.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page