Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

AIEA : un réacteur nucléaire de Yongbyon semble avoir été redémarré

Actualités 30.08.2021 à 11h05
Ci-dessus, le complexe nucléaire nord-coréen à Yongbyon. (Photo fournie par le rapport 2020 du Comité de sanctions sur la Corée du Nord de l'ONU. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 30 août (Yonhap) -- L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a détecté des indications «profondément troublants» montrant qu'un réacteur nucléaire clé du complexe de Yongbyon serait en opération depuis juillet, incluant le déversement d'eau de refroidissement, a montré ce lundi un rapport annuel.

Présenté au conseil des gouverneurs de l'AIEA vendredi dernier, le rapport a rapporté de nouveaux développements du réacteur nucléaire de 5 mégawatts (MW) à partir duquel le Nord a obtenu des barres de combustible usé pour l'extraction de plutonium dans le passé.

Le rapport basé sur des images satellite et d'autres sources est intervenu alors que Séoul et Washington s'efforcent de relancer le dialogue avec le Nord, malgré la réaction furieuse de ce dernier contre l'exercice militaire sud-coréano-américain récemment conclu.

«Depuis début juillet 2021, il y a des indications, dont le déversement d'eau de refroidissement, en conformité avec l'opération du réacteur», selon le rapport, notant qu'il n'y avait pas de signe d'une telle opération entre décembre 2018 et début juillet de cette année.

La rapport a aussi dit que la centrale thermique à vapeur, qui sert de laboratoire radiochimique au complexe de Yongbyon, a fonctionné pendant environ cinq mois, de la mi-février 2021 au début juillet 2021. La centrale a fourni de la chaleur à des installations de retraitement de barres de combustible.

«La durée de l'opération de la centrale thermique et le laboratoire radiochimique en 2021 est significativement plus longue que celle observée dans le passé durant l'éventuel traitement de déchets ou les activités de maintenance», a dit le rapport.

«La période de cinq mois est conforme au temps nécessaire pour retraiter un combustible irradié à partir d'un réacteur de 5 MW», a-t-il ajouté.

Le rapport a souligné que les activités nucléaires du Nord restent une source de vives préoccupations.

«De plus, les nouvelles indications de l'opération du réacteur de 5 MW et le laboratoire radiochimique sont profondément inquiétants», a indiqué le rapport.

«La poursuite du programme nucléaire de la RPDC (République populaire démocratique de Corée) est une violation claire des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et est profondément regrettable», a-t-il ajouté.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page