Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La Corée du Sud va développer de nouveaux missiles puissants

Actualités 02.09.2021 à 14h09

SEOUL, 02 sept. (Yonhap) -- L'armée sud-coréenne envisage de développer de nouveaux missiles dotés d'une puissance destructrice considérablement améliorée après la récente levée des restrictions américaines sur le développement de missiles du pays, a annoncé ce jeudi le ministère de la Défense.

Dévoilant son plan de défense pour 2022-2026, le ministère a également déclaré que l'armée déploierait de nouveaux intercepteurs contre les menaces d'artillerie à longue portée et moderniserait le système Patriot dans le but de renforcer ses capacités de défense antimissile.

Le programme de défense prévoit 315.200 milliards de wons (273 milliards de dollars) de dépenses, soit une hausse moyenne de 5,8% en glissement annuel, au cours des cinq prochaines années.

Sur ce total, 106.700 milliards de wons ont été alloués à l'amélioration des capacités de défense, tandis que les 208.500 milliards de wons restants ont été réservés à la gestion des forces, selon le ministère.

«Nous développerons des missiles plus puissants, à plus longue portée et plus précis afin d'exercer la dissuasion ainsi que d'instaurer la sécurité et la paix dans la péninsule coréenne», a mis en avant le ministère dans un communiqué.

En mai, Séoul et Washington sont convenus de lever les restrictions des «directives relatives aux missiles» qui interdisaient à la Corée du Sud de développer ou de posséder des missiles balistiques d'une portée maximale supérieure à 800 kilomètres.

«Après l'expiration des directives, nous exercerons une dissuasion contre les menaces potentielles et améliorerons les capacités de frappe contre les cibles principales», a fait savoir le ministère, promettant de déployer divers missiles sol-sol et mer-sol dotés d'un pouvoir destructeur accru.

Le ministère a précisé que les nouveaux missiles seraient capables de détruire les tunnels et les bâtiments ennemis avec une précision suffisante pour atteindre une cible de la taille d'une entrée de bâtiment.

Selon des sources, l'armée est en train de développer un missile balistique tiré depuis le sol aussi puissant qu'une arme nucléaire tactique avec une ogive pouvant atteindre 3 tonnes et d'une portée de 350-400 km.

Le nouveau système est dans sa dernière phase de développement et l'armée s'emploie à le déployer dans cinq ans après avoir effectué des tirs d'essai, ont-elle ajouté.

Le futur missile sera destiné à détruire des installations et bases de missiles souterraines de sorte à neutraliser les missiles nucléaires et balistiques intercontinentaux (ICBM) avant leur lancement. Il peut aussi atteindre toutes les régions nord-coréennes s'il est tiré depuis une zone frontalière.

Le plan annuel intervient alors que la Corée du Nord continue d'améliorer ses capacités nucléaires et balistiques sur fond de pourparlers de dénucléarisation au point mort avec les Etats-Unis.

Vendredi, un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a annoncé avoir détecté des signes «profondément troublants» selon lesquelles un réacteur nucléaire clé du principal complexe nord-coréen de Yongbyon serait en service depuis juillet.

«Afin d'exclure les provocations à longue distance, nous augmenterons fortement le nombre d'intercepteurs ciblant les missiles à moyenne et longue portées», a expliqué le ministère, faisant référence à sa volonté de développer son propre système d'intercepteurs comme le Dôme de fer d'Israël.

Pour mieux détecter de telles menaces dans toute la péninsule coréenne, l'armée déploiera des systèmes radars d'alerte précoce de missiles supplémentaires et renforcera ses capacités de surveillance, a-t-il déclaré.

Un missile balistique sud-coréen Hyunmoo-2 décolle du site d'Anheung, dans la province du Chungcheong du Sud, vendredi 23 juin 2017. (Image fournie par le ministère de la Défense. Revente et archivage interdits)

La Corée du Sud s'efforce également d'étendre sa présence dans le secteur spatial en vue de déployer un nouveau système radar visant à surveiller les objets spatiaux d'ici le début des années 2030.

Parmi les autres projets spatiaux, figurent le déploiement envisagé d'un satellite de surveillance militaire et le développement de satellites de très petite taille.

En ce qui concerne la marine, le pays construira davantage de sous-marins de 3.000 tonnes ou plus et remplacera les frégates vieillissantes par de nouvelles avec des capacités opérationnelles et de combat améliorées, a indiqué le ministère.

La marine a récemment reçu le premier sous-marin indigène du pays de 3.000 tonnes capable de tirer des missiles mer-sol balistiques stratégiques (MSBS).

Dans le cadre des efforts visant à améliorer la technologie de défense du pays, le ministère augmentera le budget de recherche et développement de 4.300 milliards de wons cette année à 7.100 milliards de wons en 2026.

Sur le total, au moins 80% seront dépensés au niveau national afin de soutenir l'industrie de la défense locale, selon le ministère.

Pour contrer les menaces de sécurité non traditionnelles telles que le Covid-19, le ministère prévoit de créer un centre de recherche sur les maladies infectieuses sous l'égide de l'institut de recherche médicale de l'armée d'ici l'année prochaine et d'augmenter le personnel médical.

Il a également assuré qu'il accroîtrait le coût moyen des repas quotidiens de 11.000 wons en 2022 à 15.000 wons en 2024, après avoir été critiqué pour les mauvaises conditions de vie des militaires.

Le salaire mensuel des soldats de base augmentera également, le salaire d'un sergent de l'armée de terre devant atteindre 1 million de wons d'ici 2026 contre 608.500 actuellement, a fait savoir le ministère.

Des véhicules militaires lors d'un entraînement de l'armée dans le nord-est du comté d'Inje, le 19 août 2021.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page