Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Les envoyés nucléaires sud-coréen, américain et japonais se rencontreront à Tokyo la semaine prochaine

Actualités 07.09.2021 à 14h44
Le représentant spécial sud-coréen pour la paix et la sécurité sur la péninsule coréenne, Noh Kyu-duk (au c.), pose pour une séance photos avec l'envoyé spécial américain pour la Corée du Nord, Sung Kim (à g.), et le directeur japonais pour les affaires de l'Asie et de l'Océanie, Takehiro Funakoshi, le lundi 21 juin 2021 à l'hôtel Lotte du centre de Séoul. (Pool photo)

SEOUL, 07 sept. (Yonhap) -- La Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon peaufinent actuellement les détails pour entreprendre des pourparlers entre leurs envoyés nucléaires à Tokyo la semaine prochaine, a dit ce mardi un officiel du ministère des Affaires étrangères.

L'entretien prévu entre l'envoyé nucléaire en chef sud-coréen Noh Kyu-duk et ses homologues américain et japonais, Sung Kim et Takehiro Funakoshi, respectivement, interviendra alors qu'ils s'efforcent de relancer le dialogue avec la Corée du Nord sur fond de signes de redémarrage d'un réacteur nucléaire pouvant produire du plutonium.

La rencontre devrait avoir lieu mardi prochain. Les trois envoyés se sont rencontrés la dernière fois à Séoul en juin et Noh et Kim se sont retrouvés deux fois rien que le mois dernier.

«Les pays se coordonnent en vue de l'entretien», a indiqué l'officiel à l'agence de presse Yonhap. «Nous ferons une annonce lorsque les choses seront finalisées.»

Noh, Kim et Funakoshi devraient discuter de l'aide humanitaire et d'autres mesures pour encourager le retour du Nord au dialogue, alors que le pays communiste se bat contre des défis économiques et d'autres difficultés aggravées par la fermeture des frontières pour empêcher la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19).

Noh et Kim ont tenu des entretiens à Séoul et Washington le mois dernier, alors que la Corée du Sud veut créer une nouvelle ouverture pour faire avancer son programme dans l'impasse afin de promouvoir la dénucléarisation et la paix durable sur la péninsule coréenne.

Durant sa dernière visite à Séoul, Kim a souligné que les Etats-Unis n'avaient pas d'intention hostile envers le Nord et a renouvelé son offre de rencontrer le Nord «n'importe où, n'importe quand».

Le récent rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur le redémarrage apparent au Nord de son réacteur nucléaire de 5 mégawatts (MW) pourrait faire partie de l'ordre du jour de la réunion trilatérale.

Le rapport de l'AIEA a déclaré avoir détecté des indications «profondément troublants» montrant qu'un réacteur nucléaire clé du complexe de Yongbyon serait en opération depuis juillet, incluant le déversement d'eau de refroidissement.

Des observateurs disent que les activités au complexe nucléaire pouvaient être une stratégie du Nord pour s'assurer plus d'influence à l'approche de négociations avec les Etats-Unis, tandis que d'autres personnes indiquent que ces activités ont eu lieu seulement pour réparer le réacteur vieillissant.

Les pourparlers nucléaires entre Pyongyang et Washington sont dans l'impasse depuis le sommet de 2019 à Hanoï entre le président américain de l'époque, Donald Trump, et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, qui s'est terminé sans accord.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page