Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(5e LD) La Corée du Nord tire de nouveaux missiles de croisière à longue portée

Actualités 13.09.2021 à 13h59
L'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a rapporté le lundi 13 septembre 2021 que de nouveaux missiles de croisière à longue portée ont été testés avec succès plus tôt. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 13 sept. (Yonhap) -- La Corée du Nord a testé avec succès de nouveaux missiles de croisière à longue portée le week-end passé, a annoncé ce lundi l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Les tirs, qui ont eu lieu samedi et dimanche après deux années de recherche sans la présence du dirigeant Kim Jong-un, sont intervenus après que le Nord a tenu un défilé militaire de manière réduite et semblent viser à montrer sa puissance militaire avec une provocation limitée ne violant pas les sanctions onusiennes.

Le Nord ne peut utiliser de technologies balistiques en vertu de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU). Les missiles de croisière ne font pas l'objet des sanctions comme ils sont moins menaçants que les missiles balistiques.

«Le développement du missile de croisière à longue portée, une arme stratégique de grande signification, [...] a avancé selon le processus de développement d'un système d'arme scientifique et fiable au cours des deux dernières années», a poursuivi la KCNA.

«Des tests détaillés de pièces de missile, une multitude de tests de poussée de moteur, divers tests de vol, des tests de contrôle et guidage, des tests de puissance d'ogive, etc. ont été menés avec succès», a-t-elle ajouté.

Le commandement pour l'Indo-Pacifique des Etats-Unis a déclaré que les derniers tirs posaient des menaces à la région et au-delà.

«Nous connaissons les informations sur les lancements de missiles de croisière de la RPDC (République populaire démocratique de Corée). Nous continuerons de surveiller la situation et consulterons étroitement nos alliés et partenaires», a indiqué le commandement dans un communiqué.

«Cette activité montre la poursuite par le Nord du développement de son programme militaire et les menaces pesent sur ses voisins et la communauté internationale. L'engagement américain pour la défense de la république de Corée et du Japon reste ferme», a-t-il ajouté.

Le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) de la Corée du Sud a indiqué qu'une analyse approfondie était en cours en coopération étroite avec les services de renseignements militaires américains mais a refusé de confirmer les détails, dont le site des tests et la détection de signaux à l'avance.

L'armée sud-coréenne a dévoilé dans le passé des informations sur des tirs d'essai de missiles balistiques de la Corée du Nord quasiment en temps réel, mais pas sur des tests de missiles de croisière.

Les experts disent que l'arme nord-coréenne nouvellement dévoilée ressemble aux missiles de croisière américain Tomahawk et sud-coréen Hyunmoo-3C.

Les missiles balistiques ont une portée beaucoup plus longue et un mouvement plus rapide que les missiles de croisière de même taille. Mais les missiles de croisière sont une menace s'ils volent sur une ligne relativement droite et à basse altitude, les rendant plus difficiles à détecter. Les missiles de croisière peuvent transporter également des ogives nucléaires, selon les experts.

La KCNA a indiqué que les missiles «ont volé pendant 7.580 secondes en suivant des trajectoires de forme ovale et de 8 dans l'air au-dessus de terres et eaux territoriales» en Corée du Nord et «ont atteint des cibles à 1.500 km de distance».

Les tirs sont intervenus après que le Nord a tenu une parade militaire de manière réduite jeudi dernier à partir de minuit pour marquer le 73e anniversaire de la fondation nationale.

Le défilé sur la place Kim Il-sung à Pyongyang a mis en scène des troupes paramilitaires et des véhicules transportant de l'artillerie et non des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) ou d'autres armes stratégiques. L'événement semblait destiné à consolider la solidarité intérieure sur fond de défis liés à la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19) et aux sanctions économiques internationales.

Les derniers tirs interviennent également après que le Nord a mis en garde contre «une grave crise sécuritaire» en protestation contre le principal exercice combiné entre la Corée du Sud et les Etats-Unis le mois dernier. Beaucoup d'experts avaient prévu que le Nord effectuerait des tests d'armes importantes ou des provocations.

Pak Jong-chon, membre du présidium du Politburo du Parti du travail était présent à ces tests avec d'autres hauts officiels, a indiqué la KCNA. Le leader Kim n'y a pas assisté.

«Cela est une autre grande manifestation des énormes capacités scientifiques et technologiques de la défense et de l'industrie des munitions de notre pays», a dit Pak, selon la KCNA.

«Il a souligné le besoin pour le secteur des sciences de la défense nationale de déployer tous les moyens pour améliorer les capacités de défense et la dissuasion de la guerre du pays et réaliser des accomplissements pour atteindre le grand objectif à long terme d'obtenir la dissuasion de la guerre.»

Des experts disent que la Corée du Nord semble avoir effectué les tirs pour montrer sa puissance militaire, mais avec des missiles de croisière et non des missiles balistiques pour ne pas trop provoquer les Etats-Unis.

Ils estiment que le Nord pourrait effectuer d'autres tests et chercher à fabriquer des missiles plus petits pour des sous-marins.

«Etant donné que le développement du missile a été lancé il y a deux ans dans le cadre du plan quinquennal, le projet semble avoir débuté après la mi-2019», a déclaré Hong Min, un chercheur à l'Institut coréen pour l'unification nationale (KINU), un think tank d'Etat.

«Le Nord pourrait continuer ces tests pour en fabriquer des plus petits dans le cadre du plan quinquennal et il y a également une possibilité que des missiles soient développés pour être lancés depuis des sous-marins.»

Les derniers tirs sont le troisième grand test de missiles effectué par le pays communiste cette année.

Le 21 mars, le Nord a tiré deux missiles de croisière vers la mer Jaune, selon le JCS. Quatre jours plus tard, il a lancé deux missiles balistiques en direction de la mer de l'Est, probablement des versions améliorées de son missile de type Iskander, KN-23.

Certains médias locaux ont également rapporté que le Nord a effectué un test de missile de croisière en janvier quelques heures après que le président américain Jo Biden est entré en fonction.

xb@yna.co.kr

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page