Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Aides humanitaires au Nord : les USA se disent prêts à coopérer

Actualités 14.09.2021 à 22h32

TOKYO/SEOUL, 14 sept. (Yonhap) -- Les Etats-Unis se préparent à travailler avec la Corée du Sud pour traiter le dossier des aides humanitaires à la Corée du Nord «indépendamment des progrès liés à la dénucléarisation», a déclaré ce mardi l'envoyé spécial américain, Sung Kim.

Kim a fait ces remarques après un entretien tripartite avec ses homologues sud-coréen Noh Kyu-duk et japonais Takehiro Funakoshi à Tokyo afin de discuter du soutien humanitaire et d'autres mesures incitatives pour reprendre le dialogue avec le Nord.

Les pourparlers se sont déroulés sur fond de tensions renouvelées suite aux lancements de missiles du régime communiste et de signes de réactivation d'un réacteur nucléaire pouvant produire du plutonium.

«Nous sommes disposés à collaborer avec la RPDC (République populaire démocratique de Corée) pour traiter les sujets de préoccupations humanitaires indépendamment des progrès liés à la dénucléarisation», a assuré Kim après l'entretien trilatéral et une réunion bilatérale avec Noh.

«Les Etats-Unis soutiennent l'offre d'aides humanitaires aux Nord-Coréens les plus défavorisés, conformément aux normes internationales sur l'accès et la surveillance», a-t-il ajouté.

Il a également souligné le soutien de Washington pour certains projets de coopération humanitaire intercoréenne.

Noh a noté les «progrès considérables» durant les récentes consultations entre la Corée du Sud et les Etats-Unis sur le soutien humanitaire potentiel au Nord, en soulignant qu'un travail préliminaire a été fait pour la coopération avec le Nord.

L'envoyé spécial américain pour la Corée du Nord, Sung Kim, assiste à un entretien trilatéral avec ses homologues sud-coréen Noh Kyu-duk et japonais Takehiro Funakoshi, dans la salle de conférence internationale du ministère japonais des Affaires étrangères à Tokyo, le mardi 14 sepembre 2021.

«A l'avenir, la Corée du Sud et les Etats-Unis exploreront des moyens créatifs pour créer une ouverture pour un dialogue avec le Nord», selon Noh. «Nous nous attendons à ce que le Nord réponde aux efforts conjoints pour le dialogue.»

Au cours des mois récents, Séoul et Washington ont discuté de la façon de s'engager de nouveau avec Pyongyang pour parler de la coopération humanitaire dans certains domaines, comme la santé publique, la quarantaine, l'assainissement et l'approvisionnement en eau potable.

Kim a également réitéré la proposition américaine de rencontrer le Nord «sans conditions préalables», bien qu'il ait répété la «responsabilité» de Washington d'appliquer entièrement toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU imposées au Nord et son dévouement à militer pour les droits humains des Nord-Coréens.

«Afin d'explorer le potentiel pour la diplomatie, les Etats-Unis continuent de se tourner vers Pyongyang pour reprendre le dialogue», a-t-il indiqué. «Notre intention est claire : nous n'avons pas d'intention hostile envers la RPDC et nous sommes ouverts à la rencontrer sans conditions préalables.»

D'ailleurs, Kim a mentionné l'ouverture des Etats-Unis à explorer des mesures «significatives» pour établir de la confiance, une autre preuve de l'empressement de Washington à vouloir dialoguer avec Pyongyang.

Le département d'Etat américain a déclaré que l'envoyé spécial a réaffirmé que les Etats-Unis sont prêts à travailler avec la Corée du Nord.

«Le représentant spécial Kim, le représentant spécial Noh et le directeur général Funakoshi ont réaffirmé l'importance d'une relation trilatérale solide alors que nous travaillons ensemble à la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne», a déclaré le département dans un communiqué de presse.

«Le représentant spécial Kim a également souligné que les Etats-Unis étaient prêts à travailler avec la RPDC et a affirmé l'engagement des Etats-Unis à résoudre immédiatement le problème des enlèvements», a-t-il ajouté.

Au début de la réunion trilatérale, Kim a souligné l'engagement ferme pour la défense de la Corée du Sud. «Les développements récents en Corée du Nord sont un rappel de l'importance de la communication et de la coopération étroites entre les alliés.»

Plus tard, Noh a noté la volonté des Etats-Unis d'explorer des mesures pour établir une confiance avec le Nord.

«Il peut y avoir diverses mesures de confiance à différentes phases», a déclaré Noh aux journalistes à son arrivée à l'aéroport international d'Incheon. «La position (des Etats-Unis) est que si les pourparlers avec le Nord reprennent, ils peuvent avoir des consultations et des discussions complètes sur des questions d'intérêt.»

Avant cet entretien, Noh, Kim et Funakoshi se sont rencontrés en juin à Séoul. Rien qu'au mois dernier, Noh et Kim ont tenu des pourparlers à Séoul et Washington, un signe de renforcement de la coopération entre ces nations sur la question nord-coréenne.

Les pourparlers nucléaires entre Washington et Pyongyang sont dans l'impasse depuis que le sommet de Hanoï en 2019 entre le président américain de l'époque Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un s'est terminé sans accord.

Le représentant spécial sud-coréen pour la paix et la sécurité sur la péninsule coréenne, Noh Kyu-duk (à dr.), pose pour une séance photos avec ses homologues américain Sung Kim (à g.) et japonais Takehiro Funakoshi, avant leur entretien trilatéral à Tokyo, le mardi 14 septembre 2021.

rainmaker0220@yna.co.kr

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page