Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Kim Yo-jong décrit la proposition de Moon comme une «idée admirable» et demande la fin de la politique hostile

Actualités 24.09.2021 à 16h39
Kim Yo-jong, la sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, lors de sa visite au mausolée de Hô Chi Minh à Hanoï, au Vietnam, le samedi 2 mars 2019. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 24 sept. (Yonhap) -- Kim Yo-jong, sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a déclaré ce vendredi que la proposition du président sud-coréen Moon Jae-in de déclarer la fin de la guerre de Corée (1950-1953) était une «idée intéressante et admirable» et que la Corée du Nord était disposée à discuter de l'amélioration des relations intercoréennes si le Sud abandonne son attitude hostile envers Pyongyang.

Kim a toutefois souligné que les bonnes conditions devaient d'abord être réunies avant qu'une déclaration de fin de guerre ne soit adoptée, telles que le retrait de «la politique hostile invétérée et le double standard inéquitable» vis-à-vis du Nord.

Le communiqué de Kim a été publié quelques heures après que le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Thae-song a rejeté l'offre de Moon en affirmant qu'une telle déclaration, décrite comme «quelque chose de prématuré», finirait par devenir un simple bout de papier tant que la «politique hostile» des Etats-Unis restera inchangée.

Si le communiqué du vice-ministre Ri semblait viser les Etats-Unis, celui de la sœur du dirigeant nord-coréen serait destiné à la Corée du Sud.

«La déclaration de fin de la guerre est une idée intéressante et admirable. [...] Mais il est nécessaire d'examiner si c'est le bon moment maintenant et s'il y a les conditions réunies pour discuter de cette question», a-t-elle déclaré dans le communiqué relayé par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

«Aujourd'hui, les standards à double jeu, le préjudice et les politiques hostiles envers la RPDC et les discours et actes antagonistes à notre égard persistent. Dans une telle situation, déclarer la fin de la guerre n'a aucun sens avec toutes ces choses, qui pourraient devenir une graine d'une guerre entre les parties qui sont en conflit depuis plus d'un demi-siècle, restées intactes», a-t-elle ajouté.

La RPDC est le sigle du nom officiel de la Corée du Nord, République populaire démocratique de Corée.

Kim a également noté que la Corée du Nord était disposée à discuter de l'amélioration des relations intercoréennes mais que cela dépendait aussi de la question de savoir si la Corée du Sud cesse d'appliquer le double standard et sa politique envers le Nord ou non.

«Nous avons la volonté de maintenir de nouveau nos contacts étroits avec le Sud et d'avoir des discussions constructives avec lui sur la restauration et le développement des relations bilatérales, s'il fait attention à son langage dans le futur et n'est pas hostile à notre encontre», a-t-elle poursuivi.

Les relations intercoréennes se sont considérablement refroidies depuis que la Corée du Nord a fait exploser le bureau de liaison conjoint dans sa ville frontalière de Kaesong et coupé toutes les lignes de communication transfrontalières en juin de l'année dernière.

Les lignes de communication ont été brièvement raccordées à la fin de juillet dernier mais le Nord n'a pas répondu de nouveau aux appels réguliers de Séoul en signe de protestation contre l'exercice militaire d'été Corée du Sud-Etats-Unis que Pyongyang condamne comme une répétition d'invasion.

La Corée du Nord a récemment accru les tensions en effectuant des tirs d'essai d'un nouveau type de missile de croisière à longue portée, suivis de lancements de missiles balistiques de courte portée.

Certains observateurs évoquent avec prudence la possibilité de voir la Corée du Nord répondre à l'appel au dialogue comme lors de son précédent schéma vers la réconciliation après la fin de l'exercice militaire.

«La Corée du Nord a montré dans le passé qu'elle adoptait une position très belliciste au cours des exercices militaires conjoints Corée du Sud-Etats-Unis et devenait conciliante après que de tels exercices se sont achevés», a observé Cheong Seong-chang, directeur du Centre d'études nord-coréennes de l'Institut Sejong

«Compte tenu du communiqué de Kim Yo-jong, il y a une plus grande possibilité de voir la Corée du Nord rétablir les lignes de communication intercoréennes à un moment approprié et revenir au dialogue avec le Sud à l'occasion d'événements comme les Jeux olympiques d'hiver de Pékin», a-t-il ajouté.

Les deux Corées sont toujours techniquement en état de guerre, le conflit de trois ans s'étant terminé par un armistice et non un traité de paix.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page