Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Un autre sommet intercoréen pourrait avoir lieu sous la prochaine administration, selon un officiel présidentiel

Actualités 29.09.2021 à 14h16
Le conseiller présidentiel en charge des relations publiques, Park Soo-hyun, prend la parole durant une conférence de presse à Cheong Wa Dae, le mardi 14 septembre 2021.

SEOUL, 29 sept. (Yonhap) -- Les deux Corées pourraient tenir un autre sommet sous le prochain gouvernement de la Corée du Sud si une nouvelle rencontre entre leurs leaders ne peut pas se dérouler avant la fin du mandat du président Moon Jae-in, a déclaré ce mercredi Park Soo-hyun, conseiller présidentiel en charge des relations publiques.

Les spéculations sur un sommet intercoréen ont refait surface suite à la proposition de Moon de signer une déclaration de fin de la guerre de Corée (1950-1953) lors de son discours à l'Assemblée générale des Nations unies (ONU).

La semaine dernière, Kim Yo-jong, la sœur cadette du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a également transmis un message d'apaisement en direction du Sud, dans lequel elle a dit que son pays pourrait envisager de déclarer la fin officielle de la guerre et de tenir un sommet intercoréen si Séoul abandonne son double jeu et sa politique hostile vis-à-vis du Nord.

Les deux Corées sont toujours techniquement en état de guerre, le conflit de trois ans s'étant terminé par un armistice et non un traité de paix.

«Même si un autre sommet intercoréen ne se tient pas avant la fin du mandat du gouvernement Moon Jae-in, la prochaine administration pourrait en chercher un», a dit Park lors d'une interview à la radio.

Il a ajouté que l'administration ferait de son mieux pour créer une base en vue d'organiser un sommet au-delà du mandat de Moon.

A la question de la possibilité de signer une déclaration de fin de guerre autour des Jeux olympiques d'hiver de Pékin, Park a indiqué qu'il «n'est pas bon de traiter le sujet avec un moment spécifique».

Quant au dernier tir de missile de la Corée du Nord, mardi, Park a noté que l'ambassadeur nord-coréen auprès des Nations unies (ONU), Kim Song, a souligné la nécessité pour Washington de montrer qu'il n'a pas d'intention hostile envers le Nord à travers l'action, 20 minutes après le lancement.

«Nous pouvons interpréter que les remarques sont liées au lancement de missile», a ajouté Park, en suggérant que le tir visait une réaction de Washington comme Kim a transmis le message à travers son allocution à l'ONU.

L'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a annoncé que la Corée du Nord a effectué hier un tir d'essai de missile Hwasong-8, un missile hypersonique nouvellement développé, depuis Toyang-ri, dans le comté de Ryongrim, dans la province du Jagang. Elle n'a pas dit si l'arme était un missile balistique ou non, mais des experts disent qu'il ressemblait à un missile balistique utilisant du combustible liquide, comme indiqué par son nom, Hwasong.

La Corée du Nord ne peut développer de technologies balistiques en vertu des sanctions onusiennes.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page