Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Pyongyang fustige le Conseil de sécurité de l'ONU pour la réunion sur ses tirs de missiles

Actualités 03.10.2021 à 17h01

SEOUL, 03 oct. (Yonhap) -- La Corée du Nord a fustigé ce dimanche le Conseil de sécurité de l'ONU (CSNU) pour avoir convoqué une réunion sur ses récents lancements de missiles, la qualifiant de «manifestation d'une norme de double jeu».

Jo Chol-su, directeur du département des organisations internationales au ministère nord-coréen des Affaires étrangères, a fait cette remarque dans un communiqué diffusé par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), soulignant que les essais balistiques étaient à des fins «d'autodéfense».

La déclaration est intervenue après que le Conseil de sécurité a convoqué vendredi une réunion pour discuter des derniers tests d'armes de Pyongyang, y compris les tirs d'essai de ce que le Nord a affirmé être «un missile antiaérien avancé» et un «missile hypersonique».

Le mois dernier, le Nord a également tiré deux missiles balistiques à courte portée depuis un train et lancé un missile de croisière à longue portée.

«Le CSNU (...) a mis sur la table la question relative à l'exercice de la souveraineté de la RPDC. Cela signifie une ignorance ouverte et un empiétement gratuit sur la souveraineté de la RPDC ainsi qu'une provocation grave et intolérable à son encontre», a déclaré Jo, se référant au Nord par son nom officiel, la République populaire démocratique de Corée.

Jo a accusé le Conseil de sécurité de «garder le silence» sur les exercices militaires conjoints entre les Etats-Unis et la Corée du Sud tout en reprochant au Nord ses «mesures d'autodéfense normales et planifiées».

«Il s'agit d'un déni d'impartialité, d'objectivité et d'équilibre, des bouées de sauvetage des activités de l'ONU, et une manifestation évidente de la norme de double jeu», a-t-il argué.

Le responsable a ajouté que l'Etat communiste n'a «jamais reconnu la "résolution" partielle et illégale des Nations unies qui empiète gravement sur le droit à l'existence et au développement des Etats souverains».

«J'exprime de vives inquiétudes quant au fait que le Conseil de sécurité s'est amusé avec la dangereuse "bombe à retardement" cette fois», a-t-il affirmé, ajoutant que les essais d'armes n'avaient jamais posé de menace ou de préjudice à la sécurité des pays voisins.

Vendredi, le CSNU a convoqué une réunion à huis clos à la demande des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, mais ne serait pas parvenu à un accord pour une déclaration commune en raison de l'opposition de la Chine et de la Russie.

Cette capture d'écran de la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV) du jeudi 16 septembre 2021 montre un missile balistique à courte portée tiré depuis un train dans une zone montagneuse du Nord le 15 septembre. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page