Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Présidentielle 2022 : Lee Jae-myung remporte la primaire du PD

Actualités 11.10.2021 à 10h36
Lee Jae-myung, gouverneur de la province du Gyeonggi, manifeste sa joie après avoir remporté la primaire du Parti démocrate au SK Olympic Handball Gymnasium à Séoul, le dimanche 10 octobre 2021. (Photo fourni par le service de presse de l'Assemblée nationale)

SEOUL, 11 oct. (Yonhap) -- Lee Jae-myung, le gouverneur de la province du Gyeonggi, a gagné dimanche la primaire du Parti démocrate (PD), la formation politique au pouvoir, en vue de l'élection présidentielle de l'année prochaine.

La victoire plutôt facile de l'homme de 56 ans, connu pour défendre le revenu de base universel et d'autres programmes de protection sociale, avait été prévue par les observateurs malgré une affaire de corruption impliquant un proche politique.

L'ancien avocat des droits humains a remporté 50,29% des votes à l'issue d'un processus à 11 tours du PD qui avait commencé au début du mois dernier. L'ex-Premier ministre Lee Nak-yon est arrivé deuxième avec 39,14% des suffrages, suivi de l'ancienne ministre de la Justice Choo mi-ae (9,01%) et du député deux fois élu Park Yong-jin (1,55%).

Le gouverneur a pu obtenir la majorité des votes, évitant ainsi un dernier tour à deux candidats.

Quelques heures après l'annonce de la victoire de Lee Jae-myung, le camp de Lee Nak-yon a dit qu'il ferait appel du résultat de la primaire, estimant que les votes de soutien aux deux candidats qui se sont retirés à mi-chemin, Chung Sye-kyun et Kim Doo-gwan, devaient être également comptabilisés.

Dans ce cas, le total des votes augmenterait de 1,46 million à 1,48 million, ce qui abaisserait le score de Lee Jae-myung à 48,38% et entraînerait un duel final avec Lee Nak-yon.

La direction du PD a répondu qu'elle se tiendrait aux règles internes qui stipulent que les votes des candidats qui abandonnent la course de la primaire soient nuls.

Selon des enquêtes, Lee Jae-myung devait largement s'imposer avec 56% des votes mais a gagné sur le fil du rasoir après que Lee Nak-yon a fait une grande percée dans le troisième vote de la primaire grâce aux citoyens ordinaires.

Lors de ce vote, le gouverneur n'a recueilli que 28,3% des voix alors que Lee Nak-yon en a récolté 62,3%, un résultat qui serait en lien avec l'affaire de corruption datant de 2015 concernant un projet de développement foncier à Seongnam, au sud de Séoul, dont il a fait la promotion lorsqu'il était maire de la ville.

Lee Jae-myung a promis une grande réforme des politiques immobilières et des efforts pour éradiquer la corruption.

«Dès que je serai élu, je mènerai des réformes immobilières puissantes pour débarraser le pays de la marque d'"une république de revenus immobiliers immérités"», a dit Lee dans son discours de victoire, en faisant référence au mécontentement d'électeurs sur l'explosion des prix immobiliers qui ont rendu les riches encore plus riches.

En décrivant l'élection présidentielle de l'année prochaine comme «la bataille ultime contre l'establishment corrompu», Lee a ajouté que «nous devons décider de savoir si nous retournons dans le passé sombre ou nous recommençons comme un pays d'espoir».

Le gouverneur a aussi annoncé qu'il élaborerait des politiques pour une renaissance économique mené par un Etat fort, des programmes de protection sociale universels, des investissements dans les sciences et technologies ainsi qu'une éducation orientée vers l'avenir.

«Etre président signifie représenter tout le monde. [...] Je fabriquerai une nation unie, où chacun pourra avoir des opportunités justes quelle que soit leur inclination politique ou région d'origine, sans tracer de ligne entre nous, votre côté ou mon côté», a-t-il poursuivi.

Le scrutin présidentiel aura lieu le 9 mars 2022 et Lee pourrait affronter l'ancien procureur général Yoon Seok-youl ou le député aux cinq mandats Hong Joon-pyo, l'un des principaux prétendants à la victoire de la primaire du Parti du pouvoir du peuple (PPP).

L'affaire reste une source potentielle de déstabilisation politique pour Lee. Il a été révélé que Hwacheon Daeyu, une ancienne société de gestion d'actifs, et sept filiales ont multiplié des investissements par plus de 1.000 après que la firme a été retenue comme un partenaire civil dans le projet foncier.

L'un des associés de Lee a été arrêté pour avoir prétendument joué un rôle clé dans le processus de sélection et pour avoir coordonné la distribution des profits d'une manière à faire bénéficier la société au détriment de la ville.

Le PPP, le principal parti d'opposition, accuse Lee d'avoir été le cerveau de cette opération et exige une enquête indépendante et le retrait de Lee de la course à la présidentielle.

Lee nie catégoriquement toutes les allégations en les traitant de «fake news», y compris la relation avec Yoo, et dément avoir gagné un seul centime grâce au projet. Selon lui, le PPP a lancé de fausses accusations contre lui pour tenter de dissimuler ses méfaits.

En dépit du scandale, Lee est toujours devant tous les présidentiables de l'opposition dans les sondages d'opinion. Selon une étude compilant quatre enquêtes et publiée cette semaine, Lee bénéficie de 26% des intentions de vote, devant les candidats PPP Yoon et Hong avec respectivement 17% et 15%. Dans une hypothétique course à deux entre Lee et Yoon, le premier est à 44% et le second à 33%.

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page